string(1095) "

Objectif
Familiariser le public luxembourgeois avec les thématiques liées au secteur de l'inclusion financière

Zone d'intervention
Luxembourg

Partenaires

Banque de Luxembourg, InFiNe.lu, BRS

Quelques chiffres depuis la création en 2006
35 Midis, 51 intervenants du monde entier,  28 partenaires et sponsors associés


 

"

Objectif
Familiariser le public luxembourgeois avec les thématiques liées au secteur de l'inclusion financière

Zone d'intervention
Luxembourg

Partenaires

Banque de Luxembourg, InFiNe.lu, BRS

Quelques chiffres depuis la création en 2006
35 Midis, 51 intervenants du monde entier,  28 partenaires et sponsors associés


 

string(297) "

Suivez le Midi de la Microfinance en direct !

Connectez-vous sur notre site le 18 octobre à 12.00 pour suivre le Midi retransmis en direct.

 


 

"
C77Q1530

Suivez le Midi de la Microfinance en direct !

Connectez-vous sur notre site le 18 octobre à 12.00 pour suivre le Midi retransmis en direct.

 


 

string(484) "

Inscrivez-vous également au Symposium !

Dans le cadre de la Financial Inclusion Week 2016, ADA organise également son 3e Symposium académique sur la thématique de l’innovation et de la technologie au service de l’inclusion financière.

 

Inscrivez-vous ici

 


 

"
laura recherche

Inscrivez-vous également au Symposium !

Dans le cadre de la Financial Inclusion Week 2016, ADA organise également son 3e Symposium académique sur la thématique de l’innovation et de la technologie au service de l’inclusion financière.

 

Inscrivez-vous ici

 


 

string(572) "

Les « Midis de la microfinance et de l'inclusion financière » sont des conférences organisées à Luxembourg et dédiées aux enjeux et aux évolutions de la finance inclusive. La microfinance, ou finance inclusive, englobe une large gamme de produits et services financiers mis en place pour lutter contre l’exclusion bancaire : le microcrédit, l'épargne, la micro-assurance, les transferts de fonds, les paiements, mais aussi des services non financiers d’éducation ou d’accompagnement des populations à faibles revenus.


"

Midi de la microfinance et de l’inclusion financière

logo Midi

Les « Midis de la microfinance et de l'inclusion financière » sont des conférences organisées à Luxembourg et dédiées aux enjeux et aux évolutions de la finance inclusive. La microfinance, ou finance inclusive, englobe une large gamme de produits et services financiers mis en place pour lutter contre l’exclusion bancaire : le microcrédit, l'épargne, la micro-assurance, les transferts de fonds, les paiements, mais aussi des services non financiers d’éducation ou d’accompagnement des populations à faibles revenus.


string(6275) "

36e Midi de la microfinance et de l'inclusion financière

Les services bancaires mobiles et la microfinance : qu'en est-il des clients ?

Le 18 octobre 2016, de 12.00 à 14.00

Banque de Luxembourg

14, Boulevard Royal, Luxembourg

 

Inscrivez-vous

 

Croissance exponentielle de la téléphonie portable en Afrique 

En moins de 10 ans,  l’usage des téléphones portables dans les pays du Sud en général et sur le continent africain en particulier a littéralement explosé !  Entre 1998 et 2009, le taux d’équipement est passé de 0,53 appareils à 42,82 appareils pour 100 habitants. De même, le prix moyen d’un téléphone 2G est passé de 150 dollars en 2003 à 75 dollars en 2008. Sans même disposer d’infrastructure fiable pour le téléphone fixe, ce continent s’est donné au mobile avec plus de 650 millions de souscriptions en 2015. Il est ainsi devenu le deuxième marché mondial de la téléphonie, juste derrière l’Asie !

Les nouvelles technologies ont désormais pris une place essentielle non seulement dans la vie des Africains, mais aussi dans l’économie de certains pays du continent, devenant une source de progrès, de croissance économique et de développement. Avec l’accélération de la diffusion de l’information dans de plus en plus de pays africains, même les habitants de zones rurales sont connectés aux grandes villes et ont accès à de nouveaux services financiers.

L’inclusion financière se fait aussi avec le mobile. Elle se traduit par exemple par l’émergence des payements et des transferts d’argent via le mobile. D’une manière assez surprenante, ce sont les opérateurs télécoms qui ont développé en premier ce service. Les institutions de  microfinance (IMF) et les banques restant, dans un premier temps assez en retrait. Un nouveau modèle s’est donc aussi progressivement mis en place, où une partie de la relation clients est gérée par l’opérateur de télécom. Dans ces conditions, quel est et quel sera le rôle des IMF et des banques, alors que les opérateurs télécoms imposent leur solution ? Un nouveau partenariat est à définir, qui verra peut-être aussi les IMF se concentrer plus sur leur rôle social…

Un des premiers opérateurs mobiles à utiliser son propre réseau et sa propre infrastructure pour permettre à ses clients de s’échanger de l’argent sans passer par un compte en banque est Safaricom, principal opérateur de téléphonie mobile kenyan, qui, en collaboration avec Vodafone, crée en 2007 une offre de services financiers et de téléphonie mobile à destination de populations les plus démunies, M-PESA. Il est ainsi désormais plus simple de faire des payements mobiles à Nairobi qu’au Luxembourg. Le service M-PESA est actuellement utilisé par 17 millions de Kenyans ce qui équivaut aux 2/3 de la population adulte.

Ce système de payement ne requiert pas de haute technologie puisqu’il permet aux souscripteurs de transférer l’argent même avec un SMS, d’effectuer des payements en ligne ainsi que des transferts d’argent internationaux, des services d’assurance, de crédit et l’épargne.

Les clients de la microfinance peuvent donc rembourser leur microcrédit par un simple clic. Du côté des IMF, grâce à ces services, les agences peuvent améliorer leur efficacité, réduire les erreurs et les pertes de temps liées à la manutention manuelle de trésorerie, et réduire le risque de fraude, réduire les contraintes géographiques et les coûts de transaction, entre autres.

Mais ce passage aux services du mobile banking représente des coûts importants pour les IMF. De fait, de nombreuses institutions n’ont pu adapter l’offre de services mobiles que très tardivement, et nombreuses sont celles qui ne peuvent pas encore suivre cette innovation technologique.

Outre les avantages cités, les services des payements en ligne peuvent également représenter de nombreux risques, notamment concernant le suivi et le conseil des clients, est-ce toujours aussi important dans les services de M-PESA ? Par ailleurs, comment ces services sont-ils adaptés aux populations les plus pauvres qui ne peuvent pas s’acheter de portable ou qui maîtrisent mal l’écriture et ne sauraient pas se servir de téléphones ?

Les risques peuvent également concerner la dépendance des IMF aux nouvelles technologies et aux grands opérateurs de télécommunication. Dans ces conditions, la pérennité des agences peut être menacée ? Les données de clients sont- elles bien protégées sans risque de fraude ? Si les coûts d’exploitation baissent pour les IMF, les clients peuvent-ils en profiter pour payer moins d’intérêts ?

Ces question et bien d’autre seront abordés lors du 36e Midi de la Microfinance et de l’inclusion financière par nos deux orateurs, experts du secteur de la télécom et de la microfinance : Devyani Parameshwar, principal gestionnaire  de développement de produit Vodafone/ M-PESA, et James Onyutta, Directeur général de l’IMF Musoni Kenya, qui fonctionne à 100% avec les services de finance digitale. Le débat sera modéré par Laurent de la Vaissière, Directeur du département Information & Technology Risk chez Deloitte.

Ce 36e Midi de la microfinance s’inscrit dans la Financial Inclusion Week, organisée du 17 au 21 octobre. Des événements au niveau international seront organisés dans le cadre de cette semaine sur le thème « Keeping clients first in a digital world ».

 


 

"
invitation midi 36 EN

36e Midi de la microfinance et de l'inclusion financière

Les services bancaires mobiles et la microfinance : qu'en est-il des clients ?

Le 18 octobre 2016, de 12.00 à 14.00

Banque de Luxembourg

14, Boulevard Royal, Luxembourg

 

Inscrivez-vous

 

Croissance exponentielle de la téléphonie portable en Afrique 

En moins de 10 ans,  l’usage des téléphones portables dans les pays du Sud en général et sur le continent africain en particulier a littéralement explosé !  Entre 1998 et 2009, le taux d’équipement est passé de 0,53 appareils à 42,82 appareils pour 100 habitants. De même, le prix moyen d’un téléphone 2G est passé de 150 dollars en 2003 à 75 dollars en 2008. Sans même disposer d’infrastructure fiable pour le téléphone fixe, ce continent s’est donné au mobile avec plus de 650 millions de souscriptions en 2015. Il est ainsi devenu le deuxième marché mondial de la téléphonie, juste derrière l’Asie !

Les nouvelles technologies ont désormais pris une place essentielle non seulement dans la vie des Africains, mais aussi dans l’économie de certains pays du continent, devenant une source de progrès, de croissance économique et de développement. Avec l’accélération de la diffusion de l’information dans de plus en plus de pays africains, même les habitants de zones rurales sont connectés aux grandes villes et ont accès à de nouveaux services financiers.

L’inclusion financière se fait aussi avec le mobile. Elle se traduit par exemple par l’émergence des payements et des transferts d’argent via le mobile. D’une manière assez surprenante, ce sont les opérateurs télécoms qui ont développé en premier ce service. Les institutions de  microfinance (IMF) et les banques restant, dans un premier temps assez en retrait. Un nouveau modèle s’est donc aussi progressivement mis en place, où une partie de la relation clients est gérée par l’opérateur de télécom. Dans ces conditions, quel est et quel sera le rôle des IMF et des banques, alors que les opérateurs télécoms imposent leur solution ? Un nouveau partenariat est à définir, qui verra peut-être aussi les IMF se concentrer plus sur leur rôle social…

Un des premiers opérateurs mobiles à utiliser son propre réseau et sa propre infrastructure pour permettre à ses clients de s’échanger de l’argent sans passer par un compte en banque est Safaricom, principal opérateur de téléphonie mobile kenyan, qui, en collaboration avec Vodafone, crée en 2007 une offre de services financiers et de téléphonie mobile à destination de populations les plus démunies, M-PESA. Il est ainsi désormais plus simple de faire des payements mobiles à Nairobi qu’au Luxembourg. Le service M-PESA est actuellement utilisé par 17 millions de Kenyans ce qui équivaut aux 2/3 de la population adulte.

Ce système de payement ne requiert pas de haute technologie puisqu’il permet aux souscripteurs de transférer l’argent même avec un SMS, d’effectuer des payements en ligne ainsi que des transferts d’argent internationaux, des services d’assurance, de crédit et l’épargne.

Les clients de la microfinance peuvent donc rembourser leur microcrédit par un simple clic. Du côté des IMF, grâce à ces services, les agences peuvent améliorer leur efficacité, réduire les erreurs et les pertes de temps liées à la manutention manuelle de trésorerie, et réduire le risque de fraude, réduire les contraintes géographiques et les coûts de transaction, entre autres.

Mais ce passage aux services du mobile banking représente des coûts importants pour les IMF. De fait, de nombreuses institutions n’ont pu adapter l’offre de services mobiles que très tardivement, et nombreuses sont celles qui ne peuvent pas encore suivre cette innovation technologique.

Outre les avantages cités, les services des payements en ligne peuvent également représenter de nombreux risques, notamment concernant le suivi et le conseil des clients, est-ce toujours aussi important dans les services de M-PESA ? Par ailleurs, comment ces services sont-ils adaptés aux populations les plus pauvres qui ne peuvent pas s’acheter de portable ou qui maîtrisent mal l’écriture et ne sauraient pas se servir de téléphones ?

Les risques peuvent également concerner la dépendance des IMF aux nouvelles technologies et aux grands opérateurs de télécommunication. Dans ces conditions, la pérennité des agences peut être menacée ? Les données de clients sont- elles bien protégées sans risque de fraude ? Si les coûts d’exploitation baissent pour les IMF, les clients peuvent-ils en profiter pour payer moins d’intérêts ?

Ces question et bien d’autre seront abordés lors du 36e Midi de la Microfinance et de l’inclusion financière par nos deux orateurs, experts du secteur de la télécom et de la microfinance : Devyani Parameshwar, principal gestionnaire  de développement de produit Vodafone/ M-PESA, et James Onyutta, Directeur général de l’IMF Musoni Kenya, qui fonctionne à 100% avec les services de finance digitale. Le débat sera modéré par Laurent de la Vaissière, Directeur du département Information & Technology Risk chez Deloitte.

Ce 36e Midi de la microfinance s’inscrit dans la Financial Inclusion Week, organisée du 17 au 21 octobre. Des événements au niveau international seront organisés dans le cadre de cette semaine sur le thème « Keeping clients first in a digital world ».

 


 

string(1127) "

James Onyutta, Directeur exécutif, Musoni Kenya

James Onyutta est un expert en microfinance avec une expérience internationale de plus de 16 ans en Afrique subsaharienne. Il est le chef de la direction de Musoni Kenya Limited, la première institution de microfinance dans le monde à utiliser les paiements mobiles pour toutes les transactions. 

Avant de se joindre Musoni Kenya Limited en Octobre 2013, il a travaillé avec FINCA International dans plusieurs départements, principalement en Finance et Implémentations système IT à travers ses filiales en Ouganda, en Tanzanie et au Malawi.

Titulaire d'un diplôme de spécialisation en administration et gestion des affaires de l'Université des Martyrs de l'Ouganda, James est un expert-comptable agréé de ACCA, Royaume-Uni, et expert certifié en gestion des risques de Francfort School of Finance and Management.

 

Musoni Kenya 

Système Musoni

 


 

"
photo james

James Onyutta, Directeur exécutif, Musoni Kenya

James Onyutta est un expert en microfinance avec une expérience internationale de plus de 16 ans en Afrique subsaharienne. Il est le chef de la direction de Musoni Kenya Limited, la première institution de microfinance dans le monde à utiliser les paiements mobiles pour toutes les transactions. 

Avant de se joindre Musoni Kenya Limited en Octobre 2013, il a travaillé avec FINCA International dans plusieurs départements, principalement en Finance et Implémentations système IT à travers ses filiales en Ouganda, en Tanzanie et au Malawi.

Titulaire d'un diplôme de spécialisation en administration et gestion des affaires de l'Université des Martyrs de l'Ouganda, James est un expert-comptable agréé de ACCA, Royaume-Uni, et expert certifié en gestion des risques de Francfort School of Finance and Management.

 

Musoni Kenya 

Système Musoni

 


 

string(797) "

Devyani Parameshwar, gestionnaire de développement de produit, M-Pesa, Royaume-Uni

Devyani Parameshwar est une gestionnaire de développement de produit pour M-Pesa/ Vodafone. Avec les équipes en Afrique et en Asie, Elle travaille sur la stratégie commerciale de M-Pesa, en mettant un accent sur l'entreprise et le service financier. Avant M-Pesa, Devyani a travaillé sur l'inclusion financière et sur les modèles d'entreprise sociale basée en Inde avec la SFI et au Intellecap. Devyani a un MBA de la London Business School et un double diplôme en physique et en relations internationales de Wellesley College aux États-Unis.

M-PESA

 


 

"
photo devyani

Devyani Parameshwar, gestionnaire de développement de produit, M-Pesa, Royaume-Uni

Devyani Parameshwar est une gestionnaire de développement de produit pour M-Pesa/ Vodafone. Avec les équipes en Afrique et en Asie, Elle travaille sur la stratégie commerciale de M-Pesa, en mettant un accent sur l'entreprise et le service financier. Avant M-Pesa, Devyani a travaillé sur l'inclusion financière et sur les modèles d'entreprise sociale basée en Inde avec la SFI et au Intellecap. Devyani a un MBA de la London Business School et un double diplôme en physique et en relations internationales de Wellesley College aux États-Unis.

M-PESA

 


 

string(595) "

Laurent de la Vaissière, Directeur, Information & Technology Risk, Deloitte, Luxembourg

Laurent de la Vaissière est Directeur au sein du département Risk Advisory de Deloitte Luxembourg. Durant sa carrière, il a eu l'opportunité de servir une importante banque de développement, ainsi qu'une agence d'aide au développement, et de participer à de nombreux projets de banque mobile et digitale. Les domaines d'expertise de Laurent incluent la cyber sécurité et les affaires réglementaires liées aux technologies de l'information.

 


 

"
Laurent-de-la-Vaissiere propal

Laurent de la Vaissière, Directeur, Information & Technology Risk, Deloitte, Luxembourg

Laurent de la Vaissière est Directeur au sein du département Risk Advisory de Deloitte Luxembourg. Durant sa carrière, il a eu l'opportunité de servir une importante banque de développement, ainsi qu'une agence d'aide au développement, et de participer à de nombreux projets de banque mobile et digitale. Les domaines d'expertise de Laurent incluent la cyber sécurité et les affaires réglementaires liées aux technologies de l'information.

 


 

string(1425) "

Le nombre de places étant limité,veuillez vous inscrire avant le vendredi 14 octobre 2016, via le formulaire d’inscription sur notre site ou par téléphone au +352 45 68 68 331.

Le parking de la Banque de Luxembourg n’est pas accessible au public, nous recommandons l’utilisation des transports publics.


Programme de la conférence

12.00 - Mot de Bienvenue 

12.05 - Les services bancaire mobiles et la microfinance : qu'en est-il des clients ? - Conférence-débat avec des invités internationaux : Devyani Parameshwar, gestionnaire de développement de produit, Vodafone/ M-PESA, et James Onyutta, Directeur général de l’IMF Musoni Kenya, qui fonctionne à 100% avec les services de finance digitale. Le débat sera modéré par Laurent de la Vaissière, Directeur du département Information & Technology Risk chez Deloitte.

12.55 - Conclusion 

13.00 - Déjeuner-Buffet 

 

Inscrivez-vous

 

La conférence se tiendra en anglais.


"

Le nombre de places étant limité,veuillez vous inscrire avant le vendredi 14 octobre 2016, via le formulaire d’inscription sur notre site ou par téléphone au +352 45 68 68 331.

Le parking de la Banque de Luxembourg n’est pas accessible au public, nous recommandons l’utilisation des transports publics.


Programme de la conférence

12.00 - Mot de Bienvenue 

12.05 - Les services bancaire mobiles et la microfinance : qu'en est-il des clients ? - Conférence-débat avec des invités internationaux : Devyani Parameshwar, gestionnaire de développement de produit, Vodafone/ M-PESA, et James Onyutta, Directeur général de l’IMF Musoni Kenya, qui fonctionne à 100% avec les services de finance digitale. Le débat sera modéré par Laurent de la Vaissière, Directeur du département Information & Technology Risk chez Deloitte.

12.55 - Conclusion 

13.00 - Déjeuner-Buffet 

 

Inscrivez-vous

 

La conférence se tiendra en anglais.


string(698) "

Organisés par ADA en partenariat avec la Banque de Luxembourg et BRS, avec le soutien de la Coopération luxembourgeoise et InFiNe.lu, les Midis de la microfinance et de l’inclusion financière ont lieu durant la pause-déjeuner de 12h à 14h. Au menu, la présentation d'une étude ou d'un cas pratique par un expert d’un domaine de la finance inclusive, suivie d’une séance de questions-réponses, et clôturée par un déjeuner-buffet.

 

"

Organisés par ADA en partenariat avec la Banque de Luxembourg et BRS, avec le soutien de la Coopération luxembourgeoise et InFiNe.lu, les Midis de la microfinance et de l’inclusion financière ont lieu durant la pause-déjeuner de 12h à 14h. Au menu, la présentation d'une étude ou d'un cas pratique par un expert d’un domaine de la finance inclusive, suivie d’une séance de questions-réponses, et clôturée par un déjeuner-buffet.

 

logos partenaires FR
Vers le haut
string(288) "

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En le consultant, vous acceptez l'utilisation des cookies. OK En savoir plus

"

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En le consultant, vous acceptez l'utilisation des cookies. OK En savoir plus