illustratjerem-2

38e Midi de la microfinance et de l'inclusion financière 

" Entreprenante Afrique " : L'ère des PME

Mercredi 8 mars, de 12.00 à 14.00

Banque de Luxembourg,

14 Boulevard Royal - Luxembourg

 

Découvrez toutes les informations sur le 38e Midi !


Lors du précédent Midi sur Les Grands Moyens, au cours duquel  fut évoqué le rôle des petites et moyennes entreprises (PME) dans la lutte contre la pauvreté,  Patrick Losch, membre du CA de ADA, avait affirmé que l’esprit d’entrepreneur était plus développé au Sud qu’en Europe.

Lors de ce 38e Midi, nous poursuivrons cette réflexion en nous focalisant sur les nouveaux visages de l’entreprenariat en Afrique. Le continent devient, en effet, un véritable eldorado pour le développement des PME. Les entrepreneurs africains, issus de la classe moyenne et éduquée, bouleversent l’économie et lancent  des start ups innovantes, issues du secteur technologique, mais aussi de l’agro-alimentaire, du bâtiment, de la santé, du tourisme ou encore de l’énergie.

Une vraie révolution entrepreneuriale s’y déroule. Ces PME deviennent un vecteur de plus en plus important de la création d’emploi et de la croissance économique du continent entier.

On estime que dans les années à venir, l’Afrique pourrait même concurrencer la Chine ou l’Europe. De fait, en 2050, le PIB d’Afrique pourrait se rapprocher de celui de l’Union Européenne, avec une population atteignant les deux milliards d’habitants !

Pour cette raison, Jean-Michel Severino et Jérémy Hajdenberg, du fonds d’impact investing Investisseurs & Partenaires, ont décidé de décrire l’émergence de ces PME dans leur récent livre, Entreprenante Afrique. Ils décrivent ainsi une nouvelle ère où les entrepreneurs africains poussent la croissance de leur pays et contribuent ainsi à améliorer la vie.

Dans ces conditions, quel rôle peut jouer la microfinance dans cette émergence ?  Comment investir dans ces PME, malgré les incertitudes et les risques inhérents au Continent ? Les fonds d’investissement vont-ils devenir des outils au service du développement ?

Qui sont ces businessmen africains de demain qui transforment l’Afrique ? Quel est leur profil et quels défis rencontrent-ils sur leur chemin de réussite ? Surtout, quel sera le nouveau visage de l’Afrique d’ici à 15, 20 ans ?

Beaucoup de questions pour ce Midi de la microfinance, où Jean-Michel Severino, co-auteur du livre « Entreprenante Afrique » et Président du fonds Investisseurs et Partenaires, témoignera de l’élan entrepreneurial en Afrique Sub-saharienne et de ces nouvelles opportunités. Son interlocuteur, Eric Campos, Délégué général de la Fondation Grameen Crédit Agricole, partagera son expérience de travail avec les PME africaines,  comme investisseur « Social Business ».

La discussion entre les deux orateurs sera modérée par Luc Vandeweerd, conseiller à la direction de ADA, et sera conclue par Laura Foschi, Directrice Adjointe de ADA. 

 


 

33e Midi

33e Midi de la microfinance et de l'inclusion financière 

Déployer les Grands Moyens pour les petites entreprises en Afrique

Téléchargez le dossier thématique

« Osez l’entreprise ! »

Tel était le mot d’ordre de ce Midi du 15 décembre 2015, pendant lequel fut évoqué le rôle des petites entreprises dans la lutte contre la pauvreté. « L’esprit d’entrepreneur est plus développé au Sud qu’en Europe » a expliqué Franck Renaudin, Entrepreneurs du Monde.

« A nous de le pousser » ajoute Max Meyer, Président de ADA, qui veut inciter les IMF à accompagner mais aussi à favoriser la création des PME. Après une expertise de plus de 20 ans d’activité en microfinance, l’ONG luxembourgeoise ADA veut combler un chainon manquant, le missing middle, une partie oubliée par la microfinance,  en développant l’accès au financement des entrepreneurs des pays du Sud qui souhaitent se lancer dans la création des très petites entreprises (TPE) et des petites et moyennes entreprises (PME). Concrètement, ce nouveau pôle offrira  un appui technique pour accompagner les institutions de microfinance vers une cible, les petites entreprises, qu’elles appréhendent mal. Il s’agit d’un changement d’échelle puisque les prêts en microfinances sont  habituellement de quelques centaines euros. Pour les petites entreprises, ils atteindront désormais plusieurs milliers d’euros.

L’appui sera aussi  commercial, pour les aider à préparer un business plan avant le lancement et assurer la pérennité de l’activité.
Enfin ADA pourra apporter un appui financier : ADA dispose de la capacité de trouver les fonds aux institutions de microfinance pour qu’elles financent les petites entreprises.  Aujourd’hui, l’accès au financement des PME est quasi impossible pour les entrepreneurs.  D’une part, les montants sont trop petits pour les banques classiques et finalement trop importants pour les institutions de microfinance. D’où l’importance de mettre en place un nouveau pôle d’action pour pallier à ce manque.
Offrir ce service est essentiel pour lutter contre la pauvreté. Ce sont en effet, les petites entreprises qui créent les emplois. On estime à 30% la part des emplois qu’elles pourraient représenter. A l’heure où l’Afrique connaît une croissance exponentielle et devient une nouvelle « Chine », à l’heure où créer son entreprise constitue un objectif pour de plus en plus de personnes en Europe et en Afrique, la question de l’entrepreneuriat est donc plus que jamais d’actualité. Au Luxembourg, où les fonds d’investissement en microfinance pèsent plusieurs milliards d’euros, cette question du financement des PME d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique du sud et du ROI ne manquera de susciter également l’intérêt des investisseurs.

Petites entreprises – acteurs clés du développement économique

Franck Renaudin rappelle que  finalement  l’appui aux TPE et PME, à la différence de l’appui aux micro-entrepreneurs, diffèrent par la taille de personnes ciblées. Il peut avoir des résultats plus importants sur l’économie du pays, puisque les petites entreprises génèrent des emplois.

Nombreux défis à surmonter

Ce 33e  Midi de la microfinance a permis de dialoguer avec Franck Renaudin, directeur et fondateur de l’ONG Entrepreneurs du monde qui repose sur trois missions : microfinance sociale, entreprenariat social, et appui au développement des petites entreprises. Cette rencontre, modérée par Patrick Losch, membre du conseil d’administration de ADA et de Friendship Luxembourg, a permis un partage d’expériences entre l’invité et Laura Foschi, directrice du développement institutionnel de ADA.

Franck Renaudin a déclaré qu’un accompagnement est indispensable dans le démarrage du projet, ainsi que dans son lancement. Mais malheureusement pour que ça marche, souvent un crédit seul ne suffit pas. A cause des coûts de l’énergie principalement, les dons sont également indispensables pour assurer la viabilité d’une PME.

Il a ajouté qu’il est important par ailleurs d’investir dans les produits « utiles » qui peuvent à long terme améliorer la vie des entrepreneurs et des habitants, comme les produits créatrices de l’énergie.

Ce Midi de la microfinance et de l'inclusion financière a été organisée avec le soutien de la Direction de la Coopération au développement et de l'action humanitaire luxembourgeoise, du réseau InFiNe.lu et en collaboration avec la Banque de Luxembourg.

 

 

Ce Midi a été diffusé en direct sur notre chaîne Youtube


Vers le haut

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En le consultant, vous acceptez l'utilisation des cookies. OK En savoir plus