Objectifs du projet
Développer, professionnaliser et consolider le secteur de la microfinance au Cabo Verde.

 

Responsable du projet


Partenaires
 

La Direction de la coopération au développement et de l'action humanitaire de Luxembourg

GOUV MAEE FR Direction de la coopération au développement et de l’action humanitaire

 

Le gouvernement de la République du Cabo Verde - Ministère des Relations Extérieures

557px-Coat of arms of Cape Verde

 

Le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD)

logo ptf pnud

 

Le Programme National de Lutte contre la Pauvreté (PNLP) du Cabo Verde

PNLP

 

L'Universidade de Cabo Verde (UniCV)

logo UNI CV1
-mg-9404r img-2285r

Déployer et professionnaliser la finance inclusive au Cabo Verde


Le Cabo Verde est un des pays bénéficiaires des Programmes Indicatifs de Coopération (PIC) délivrés par la Coopération luxembourgeoise. Le PIC signé avec le Cabo Verde couvre une large gamme d’activités de développement dans différents secteurs. ADA exécute le volet dédié au renforcement et au déploiement de la finance inclusive à travers l’archipel, en collaboration avec les gouvernements luxembourgeois et capverdien.


Les relations de coopération qu’entretiennent le Cabo Verde et le Luxembourg datent de la fin des années 80 et, en 1993, le Cabo Verde devient un pays partenaire privilégié de la Coopération luxembourgeoise. Les interventions bilatérales de la Coopération luxembourgeoise au Cabo Verde sont mises en œuvre par LuxDev et ADA. Le quatrième Programme Indicatif de Coopération (PIC IV) couvre la période de 2016 à 2020 et a été signé en mars 2015. ADA exécute la partie du PIC intitulée «Projet d’Appui au renforcement de la finance inclusive », dont l’objectif est la facilitation et l’augmentation de l’accès aux services financiers inclusifs de qualité pour la population capverdienne.

Notre action au Cabo Verde est donc menée en étroite collaboration avec les gouvernements luxembourgeois et capverdien dans le but de créer un environnement favorable au développement du secteur de la microfinance à travers l’archipel. La démarche de développement se veut participative, elle requiert la concertation et l’implication de l’ensemble des acteurs : les gouvernements et les autorités de régulation ; les organes de représentations du secteur et les institutions de microfinance. 

Niveaux-secteur

Ces différents niveaux du secteur travaillent ensemble afin de faire progresser la microfinance de manière cohérente et concertée. Afin d’accompagner au mieux chacun des niveaux du secteur, ADA a ouvert un bureau à Praia, géré par un conseiller technique et un coordinateur. Le projet s’attache aussi à construire des synergies avec les réseaux de finance inclusive existants afin de profiter des économies d’échelles et de l’expérience internationale.

 

Les objectifs au niveau MACRO

Les gouvernements et les autorités de régulation fournissent un environnement adéquat pour le développement des institutions de microfinance et un cadre de concertation pour les divers acteurs impliqués, notamment par :

- la révision de la loi : La loi règlementant le secteur a été révisée afin d’être plus favorable à l’essor de la microfinance. Elle a été approuvée en session parlementaire en novembre 2014. Cette loi vient clarifier la répartition des rôles des différentes autorités, notamment celui de la Banque Centrale, qui se chargera de la supervision de l’application de la loi et de l’élaboration d’outils pour faciliter et harmoniser les rapports financiers des IMF.

- l’élaboration d’une stratégie nationale pour la microfinance : après plusieurs mois de travail entre les experts ADA, les différents ministères capverdiens, l’association professionnelle FAMF (Fédération des Associations de Microfinance capverdiennes) et les institutions de microfinance présentes sur le territoire, la stratégie nationale pour le développement de la microfinance a été adoptée en Conseil des ministres en 2014.

Objectif dans le cadre du PIC IV : l’application effective par tous les niveaux du secteur du nouveau cadre réglementaire adopté en 2014.

 

Les objectifs au niveau MESO

Les organes de représentation du secteur permettent d’affiner les besoins communs des IMF. Ils réalisent des études ainsi que des formations pour l’ensemble des acteurs.

L’organe principal de représentation du secteur de la finance inclusive est la FAMF (Fédération des Associations de Microfinance capverdiennes). La FAMF est une association professionnelle qui représente les intérêts des IMF qui en sont membres. Ces IMF couvrent l’ensemble de l’archipel. L’objectif de la FAMF est de créer un environnement favorable à leur développement afin de fournir des services adéquats aux populations exclues du système bancaire classique. La FAMF est en train de se professionnaliser et de renforcer sa visibilité sur la scène nationale afin d’être reconnue comme leader dans le développement du secteur et dans la concertation de toutes les parties prenantes.

La FAMF a déjà entrepris plusieurs actions en ce sens : ouverture d’un centre de documentation, création d’un site internet, élaboration d’une planification stratégique sur quatre ans, étude d’impact du secteur de la microfinance au Cabo Verde en collaboration avec l’agence du PNUD-Praia.

Objectif dans le cadre du PIC IV : atteindre une gestion et une coordination efficaces du secteur.

 

Les objectifs au niveau MICRO

Les IMF travaillent au développement de leur offre de produits et services. Elles sont soutenues dans cette démarche par les deux types d’acteurs précités.

Les IMF s’emploient à se professionnaliser et à améliorer leur degré d’autosuffisance en appliquant les bonnes pratiques du secteur. Dans ce but, les IMF membres de la FAMF ont bénéficié de l’installation d’un système informatisé de gestion, de formations en gouvernance, en système de gestion et d’information et en comptabilité, de formations spécialisées pour leurs agents de crédits.

Objectif dans le cadre du PIC IV : la mise en conformité des IMF au nouveau cadre réglementaire et le respect des bonnes pratiques. La compréhension et adaptation de l’offre des IMF aux besoins réels du marché.

 

Vers le haut

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En le consultant, vous acceptez l'utilisation des cookies. OK En savoir plus