Credart

Objectif du projet
Mettre en place une offre de services financiers et non financiers pour les jeunes entrepreneurs.

Zones d'intervention
Burkina Faso, Togo, Niger, Rwanda

Responsables du projet

Partenaires
CIF, RCPB, FUCEC, ASUSU, UFC


Téléchargez la fiche projet
"Jeunes Entrepreneurs" 


Quelques chiffres :

1.802 jeunes financés et accompagnés
84% des entreprises financées en 2008/09 sont toujours prospères
2.300 emplois créés


Retrouvez toute l'actualité précédente
liée au projet Jeunes Entrepreneurs.

Jeunes entrepreneurs, l’avenir vous appartient !


L’objectif de notre projet Jeunes Entrepreneurs est la mise en place, avec des IMF partenaires, d’une offre de services financiers (crédit et épargne) et non financiers (formation, éducation financière, conseil en gestion d’entreprise, suivi et accompagnement) adaptée aux besoins de jeunes entrepreneurs souhaitant démarrer ou renforcer leur micro-entreprise.


Suivez le projet Jeunes Entrepreneurs,

abonnez-vous à notre newsletter !

Soyez informé chaque mois de nos projets et des dernières informations du secteur de la microfinance.
 

Abonnez-vous !


ADA appuie les jeunes Burkinabés pour le démarrage de leur activité

Malgré toutes les promesses que les jeunes représentent, il leur est particulièrement difficile d’obtenir un financement car ils sont considérés comme une clientèle hautement risquée. De ce fait, leur manque d’expérience et de garantie sont souvent des raisons invoquées par les organismes financiers pour ne pas les cibler. En 2013, le taux de chômage des jeunes Burkinabés s’élevait à plus de 25% alors qu’ils représentent plus de 50% de la population du pays.

Pour faciliter l’insertion de la population jeune en Afrique dans la vie professionnelle, ADA a mis en place un projet d’appui au sein des IMF sélectionnées. Ce projet pilote « Jeunes Entrepreneurs » a donc démarré au sein d’une IMF burkinabée, le RCPB (Réseau des Caisses Populaires du Burkina Faso).

En collaboration avec cette IMF, ADA a développé un projet appelé « Créd’art » qui est composé de 3 produits de crédit et 3 produits d’épargne, ainsi que de formations préalables au financement de ces jeunes Burkinabés, notamment sur l’éducation financière et l’esprit d’entreprise.

Ces produits sont proposés aux jeunes qui répondent aux critères spécifiques suivants :

  • Ayant entre 18 et 35 ans,
  • ayant appris un métier ou ayant suivi une formation professionnelle,
  • étant dans le besoin de financement pour démarrer leur projet, ou
  • ayant déjà démarré leur activité, et nécessitant de l'équipement ou du renforcement en fonds de roulement.

Ces jeunes financés se consacrent principalement aux métiers tels que coiffeur, couturier, menuisier, maçon, bijoutier, plombier ou encore électricien.

Le projet pilote « Créd'art » montre des résultats très positifs depuis sa création fin 2011. Après 5 années de test et d’évaluation, le RCPB a conclu qu’il s’agit d’un bon produit, qui apporte une vraie plus-value à la société, tout en générant des bénéfices financiers. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 2015, un total de 760 nouveaux crédits a été octroyé à de jeunes entrepreneurs du Burkina Faso, ce qui correspond à un volume total de 424.683 €.

Depuis le début de la distribution du Créd’art :

  • 1.687 jeunes ont été financés et accompagnés au Burkina Faso pour un volume total atteignant 1 million d’euros !
  • 84% des micro-entreprises financées en 2008-2009 sont toujours en activité aujourd’hui.
  • le Créd’art a permis la création d’environ 2.300 emplois au total : les micro-entrepreneurs + les apprentis et le personnel engagé.
  • Le Créd’art prouve qu’un crédit jeune bien maîtrisé peut être rentable.

 

Visionnez la vidéo sur le Créd'art, réalisée par la CIF et ADA :


 

Réplication du projet au Togo et au Niger

Suite à un processus d’identification et de sélection poussé, deux nouvelles IMF ont été sélectionnées en 2014 au sein d’un échantillon d’agences de deux pays différents, ASUSU au Niger et FUCEC au Togo, pour la mise en place d’un programme d’insertion professionnelle des jeunes à l’instar du Créd’art. L’action consiste à proposer un fonds d’appui technique et un fonds de garantie permettant aux IMF de développer des services financiers et non financiers adaptés aux besoins des jeunes entrepreneurs ciblés.

Le programme a été formulé avec les partenaires fin 2014 et a démarré en 2015 au sein des agences de ces deux IMF, réparti au sein de 10 agences de ASUSU à Niamey et 2 en province, ainsi qu’au sein de 3 caisses de FUCEC à Lomé et 3 en province.

En 2016, les deux IMF veulent atteindre l’objectif de financement de 550 jeunes. De plus, les services non financiers développés permettront de sensibiliser plus de 1.500 jeunes en éducation financière, grâce à des sessions de formations préalables à toute demande de financement.

Les crédits sont attribués sur les ressources propres de chaque IMF, mais le projet prévoit la mise en place d’un fonds de garantie permettant de couvrir partiellement le risque sur le portefeuille de crédits. Chaque fonds est approvisionné par le Rotary Luxembourg à hauteur de 26.000 € pour FUCEC et 35.000 € pour ASUSU. Cette dernière bénéficie également d'un apport de LuxDev dans le cadre du projet d’Appui au programme national de formation professionnelle et technique.


Exemple du parcours d'un jeune accompagné par FUCEC et ASUSU (Image animée)

Un exemple d'accompagnement


Yacouba Sango

Une réussite qui bénéficie à d’autres

Yacouba travaille d’arrache-pied, aime son travail et est en train de chercher un atelier un peu plus grand, un endroit qui pourra accueillir un nouvel apprenti et lui permettra de présenter davantage d’articles.  Les jeunes micro-entrepreneurs engagent souvent du personnel ou des apprentis pour les aider dans leur activité. Depuis 2008, environ 1.200 emplois ont ainsi été créés par les jeunes artisans qui ont fait appel au Créd’art pour se lancer.

Yacouba est discret, il ne vous fera pas étalage de sa réussite ni de son succès à coup de grands sourires. Seul l’éclat de lumière dans ses yeux vous confirmera que, grâce à un coup de pouce, il a changé son avenir.

Une réussite pour l’IMF partenaire aussi

La distribution de ce nouveau produit financier qu’est le Créd’art contribue également à l’évolution du RCPB via l’accroissement de son portefeuille de crédit, l’élargissement de sa clientèle ou encore l’amélioration de ses performances sociales. Début 2014, une stratégie de pérennisation du produit Créd’art a été initiée afin de permettre au RCPB de s’approprier entièrement la distribution et la gestion du Créd’art. Fin 2014, l’IMF s’apprêtait à diffuser le Créd’art dans ses agences implantées dans deux villes secondaires, Bobo Dioulasso et Koudougou, pour toucher davantage de jeunes. ADA planifie sa sortie du projet en 2016.


Actualité

Mars 2017

Un Après-Midi de la Microfinance à Lyon

Participez à l'atelier d’échanges sur l’inclusion économique des jeunes en Afrique

Partant du constat que l’inclusion économique des jeunes est un sujet majeur pour de nombreux acteurs du monde du développement, ADA et Entrepreneurs du Monde (EDM) ont souhaité favoriser un partage de meilleures pratiques en organisant un atelier d’échanges avec d'autres acteurs du secteur.

Ce rendez-vous de professionnels aura pour but de dresser un bilan et de mettre en avant de nouvelles pistes de réflexion sur l'inclusion financière et économique des jeunes Africains entre les praticiens du développement.

Organisée à Lyon, le 10 mai 2017, de 14.00 à 18.00, cette rencontre prendra la forme d’un atelier-conférence entre ADA, EDM, Handicap International, Fert et les autres acteurs du développement ayant des projets dans cette thématique ou s'intéressant au sujet.

 

Au programme :

14.00 : Table ronde - les 4 ONG (ADA, EDM, Handicap International, Fert) présentent leurs projets et leur démarche de travail sur l'inclusion économique des jeunes

 15.30 : Atelier : 3 groupes de travail parallèles sur 3 thématiques distinctes :

  • Comment soutenir l’insertion des jeunes ruraux dans l’agriculture ?
  • Quelles pratiques sont utilisées par les institutions de microfinance (IMF) concernant les jeunes les plus vulnérables ? (jeunes en situation de handicap, jeunes femmes, jeunes réfugiés, jeunes déplacés, ex-enfants soldats, personnes atteintes de maladies transmissibles/ non transmissibles ou chroniques)
  • Comment les IMF peuvent-elles gérer les risques spécifiques liés au financement de jeunes ?

17.15 : Conclusions de chaque groupe de travail

18.00 : Clôture de l’atelier, suivi d’un cocktail

 

Informations pratiques 

L'Après-Midi de la Microfinance sera organisé le mercredi 10 mai de 14.00 à 18.00 au Carré Bellecour du Crédit Agricole, à Lyon.

Cet atelier-conférence est gratuit.

 

Contact et demande d'inscription :


Cet évènement s’inscrit dans le cadre de la thématique de la SAM 2017 sur le renforcement des PME en Afrique.


 

andres lejona 2

Nos partenaires

Cette histoire a été possible grâce à l’institution de microfinance RCPB, qui a cru en la capacité des jeunes à construire et gérer leur propre micro-entreprise. ADA collabore avec la CIF et le RCPB depuis 2008 pour élaborer et développer le Créd’art au Burkina Faso.

Merci également aux deux nouvelles IMF ayant rejoint le projet en 2015, FUCEC et ASUSU, qui ont décidé de développer ces produits déstinés aux jeunes de leur pays au sein de leurs institutions.

Le projet Jeunes Entrepreneurs bénéficie du soutien du Rotary Luxembourg depuis ses débuts.

 

 

Vers le haut

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En le consultant, vous acceptez l'utilisation des cookies. OK En savoir plus