Objectifs du projet

Professionnaliser les réseaux pour renforcer les IMF et les rendre autonomes

Responsables du projet

et

Partenaires
Lao Microfinance Association (LMFA) au Laos
Vietnam Microfinance Working Group (VMFWG) au Vietnam
Cambodia Microfinance Association (CMA) au Cambodge


 

Co-organisé par ADA, le premier Mekong Financial Inclusion Forum a eu lieu en juillet 2016 au Cambodge.

 

Pour poursuivre ses projets en Asie du Sud-Est, ADA a besoin de votre aide.

Votre soutien nous est essentiel ! Bénéficiez d'une réduction d'impôts (voir les Conditions générales)

Faites un don !

 MG 0400 IMG 0655 IMG 2937 IMG 2473 IMG 2653 2010 Vietnam Rotary 02

Renforcer les réseaux pour amplifier l’inclusion financière en Asie du Sud-Est


En consolidant les associations professionnelles du Laos, du Cambodge et du Vietnam, ADA participe à la professionnalisation de l’ensemble du secteur de la région. Grâce à des associations  plus fortes et plus compétentes, les institutions de microfinance sont capables de développer des services et des produits mieux adaptés aux besoins des populations à faible revenu.


Vietnam, Laos, Cambodge : une réalité à 3 vitesses

En Asie du Sud-Est, le développement du secteur de la microfinance varie en fonction de différents environnements financiers des pays concernés. D’après les données de la Banque mondiale, en 2011, le pourcentage de la population âgée de plus de 15 ans qui possède un compte auprès d’une institution financière s’établit à 27% au Laos, 21%  au Vietnam et seulement 4%  au Cambodge. Les données de 2014 montrent une augmentation de 10% au Vietnam et de 18% au Cambodge.

Au Laos, bien qu’il progresse de manière significative depuis ces dernières années, le secteur de la microfinance est encore embryonnaire et largement dominé par les structures informelles telles que les caisses villageoises. Les capacités des mécanismes de supervision sont très limitées et les bonnes pratiques encore peu acquises.

Impulsé au Vietnam dès le début des années 90 par des ONG internationales et les autorités locales, le secteur de la microfinance y est aujourd’hui dominé par les établissements formels, en particulier deux banques publiques de développement qui couvrent à elles-seules plus de 80% du marché. Une règlementation récente permet la coexistence d’IMF régulées et non-régulées.

Comptant une trentaine d’IMF et environ 1,2 million d’emprunteurs, le Cambodge possède le secteur non seulement le plus développé mais également le plus efficacement supervisé et régulé. Parmi les acteurs en présence, une banque commerciale compte à elle-seule 20% des clients du secteur de la microfinance.

Dans chacun de ces trois pays, les IMF se sont regroupées au sein d’associations professionnelles ou de réseaux nationaux : la Lao Microfinance Association (LMFA) au Laos, le Vietnam Microfinance Working Group au Vietnam (VMFWG) et la Cambodia Microfinance Association (CMA).

3 réseaux-as

 

Bien que relativement récentes, les associations professionnelles et réseaux d’institutions de microfinance jouent un rôle essentiel pour accélérer l’inclusion financière. En contribuant à créer des conditions favorables au développement du secteur, elles constituent un puissant moyen d’expansion des services et produits de la finance inclusive. L’objectif de notre projet en Asie du Sud-Est est donc de participer au renforcement des associations professionnelles du Laos, du Cambodge et du Vietnam afin qu’à leur tour, elles puissent soutenir leurs IMF membres efficacement. Le but est aussi de permettre à ces associations de devenir de véritables porte-parole capables de promouvoir le secteur face aux autorités et autres parties prenantes. 

 

Le renforcement apporté par ADA se décline en trois grands axes d’intervention

1. L’appui à la professionnalisation des associations

Nous renforçons les compétences des associations grâce à des formations et un accompagnement sur-mesure en fonction de leurs besoins. Il peut s’agir de réaliser des audits, de former aux bonnes pratiques en matière de gouvernance, de développer les capacités du personnel de l’association, de participer au développement stratégique ou encore d’appuyer les démarches de plaidoyer auprès des régulateurs.

Comme le souligne Khanmany Southammavong, membre du Conseil d’administration de l’association professionnelle du Laos, LMFA (Lao Microfinance Association), « le soutien continu de ADA nous a aidés à développer un rôle fort et central dans le secteur au Laos, notamment en  réduisant l’écart entre nous et les régulateurs ».

 

2. L’appui à l’offre de services aux IMF membres

Nous encourageons les associations à développer des services de renforcement des capacités des IMF sur des  thématiques telles que la gestion des risques, l’analyse des indicateurs de performance financière ou encore le  développement de nouveaux produits. En 2015, ADA a participé à la conception du cours de Certification en gestion de microfinance (MFMCC) qui est devenu obligatoire pour tous les directeurs d’IMF au Laos.

Khanmany Southammavong, qui est aussi Directrice exécutive de l’IMF Patukham au Laos, raconte : « Patukham est une petite IMF et nous n’étions pas en mesure d’embaucher des experts pour leur demander conseil en termes de gestion de notre IMF. Grâce à LMFA, nous avons pu suivre le cours MFMCC. Le cours est très complet et il nous a fourni des outils pour améliorer notre gestion. Depuis, Patukham a réussi à réduire ses créances douteuses et à améliorer sa capacité d’analyse financière ».

 

3. L’appui à la communication entre les acteurs et à la coordination de leurs actions

Nous participons à la mise en place de systèmes de monitoring communs d’indicateurs financiers et sociaux et nous sensibilisons à la promotion de la transparence et au partage d’information.

Ce dernier passe notamment par la création de centres de documentation et l’appui à la réalisation de publications et de supports de communication. Nous facilitons la concertation entre les trois associations professionnelles afin qu’elles échangent les leçons apprises tout au long du programme d’appui, capitalisent leurs expériences et développent des synergies sur des questions communes.

Khanmany Southammavong se souvient d’une réunion d’échange avec le Conseil d’administration de l’association du Cambodge comme « une opportunité unique d’apprendre des expériences de nos voisins ».


 

 


 

Actualité
23376511 1863800430577167 9180276780285162697 n

Décembre 2017

Renforcer l’Association Professionnelle du Myanmar : au cœur du travail de ADA 

En 2017, ADA a lancé un projet stratégique dans le but de structurer et relancer les activités de l’association professionnelle du Myanmar. La fin de l’année représente une occasion pour faire le bilan de cette activité, qui a vu l’engagement direct de la première expatriée de ADA, Wendy Medrano Lazo. En même temps, nous aurons la possibilité d’avoir un aperçu des objectifs pour 2018, qui sera encore une année consacrée à l’appui de cette organisation qui devient de plus en plus un acteur incontournable de la finance inclusive au Myanmar.

Après une procédure entamée depuis plusieurs mois, la Myanmar MicroFinance Association (MMFA) a obtenu la licence permanente du Ministère de l’intérieur (Ministry of Home Affairs – MOHA)  en tant qu'ONG locale en mai 2017. Cela a permis à l’organisation de commencer à collecter les cotisations des membres. Aujourd’hui la MMFA compte 80 IMF membres, qui servent 2 millions de clients. 

Tous les membres ont participé à l'Assemblée Générale de l'Association, où le nouveau plan stratégique sur 3 ans a été présenté et le nouveau Comité Exécutif composé de 15 membres a été élu.

En marge de l’AG, la MMFA a organisé le « Stakeholders meeting for Policy Dialogue ». Cet événement de grande importance, réalisé en collaboration avec ADA et USAID, a rassemblé environ 200 professionnels du secteur de l'inclusion financière au Myanmar, y compris le Département de la réglementation financière (FRD), des IMF de tout le pays, des donateurs, les agences de soutien, la Banque centrale, des banques et autres acteurs concernés. Les participants ont discuté du cadre juridique et réglementaire et ont identifié les changements potentiels à la loi sur la microfinance.

Cet effort de collaboration et de coordination entre les différents acteurs du secteur a été maintenu pendant toute l’année, à travers les réunions des membres organisées tous les 2 mois, avec une participation moyenne de 70 participants, mais aussi par la mise en place du HR Club et du COO Club, qui regroupent respectivement les responsables RH et les responsables opérationnels des IMF. En plus, pour favoriser l’échange d’expériences, deux autres groupes de travail ont été créés : le Policy working Group et l’Information & Technology Working Group.

L’association a continué également son engagement dans le plaidoyer pour un cadre réglementaire adapté et a maintenu une relation étroite avec le régulateur.

Un des défis pour ADA cette année a été d’accompagner la MMFA dans le recrutement et la formation de ses ressources humaines, dans la mise en place de procédures ainsi que dans l’amélioration de ses installations. Deux personnes ont été recrutées dans le cadre de ce processus : un chargé des finances et un chargé des opérations. Un Directeur Exécutif est en cours de recrutement. Parallèlement, des procédures opérationnelles et financières ont été mises en place afin de structurer les activités mises en place par l’association et ses installations ont été équipées d’ordinateurs, bureaux, imprimantes et tout le matériel nécessaire à son activité. 

Ce renforcement sur différents plans a permis la relance de deux partenariats d’importance primordiale : un projet avec USAID, qui a garanti une donation de 100.000 USD pour appuyer les opérations et l’offre de formations et une collaboration avec IFC, pour la réalisation d’un programme de formations en Finance Responsable.

En outre la MMFA, en collaboration avec plusieurs partenaires et bailleurs de fonds, a organisé 7 formations avec un total de 140 professionnels du secteur formés, y compris des agents de crédits et middle management.

En 2018, ADA aimerait poursuivre son partenariat avec MMFA avec un projet de trois ans qui appuiera la mise en œuvre de son nouveau plan stratégique, avec 4 grandes priorités :

  1. Le renforcement de sa structure organisationnelle et d'une gouvernance efficace et formalisée
  2. L’offre des services de qualité axés sur la demande pour soutenir la croissance du secteur de la microfinance
  3. Faciliter la collaboration entre les praticiens de la microfinance
  4. Le plaidoyer continu  pour un environnement de marché sain dans un cadre légal et réglementaire adapté

Wendy

Wendy Medrano

Avril 2017

ADA lance le programme de renforcement de l'Association de Microfinance du Myanmar

L'Association de Microfinance de Myanmar (MMFA) et ADA ont créé un nouveau partenariat visant à développer la capacité organisationnelle et technique de l'association. Mme Wendy Medrano a été nommée conseillère technique sur le terrain de ADA pour une période initiale de 1 an et a été basée à Yangon depuis fin mars 2017.

L'assistance technique de ADA vise à soutenir le MMFA dans la création d'une gouvernance efficace et formalisée, ainsi que le renforcement de sa structure organisationnelle, y compris le soutien du conseil d'administration pour la mise en place du secrétariat du MMFA, la conduite de ses opérations et la définition de ses systèmes et procédures opérationnelles. Le recrutement et la formation du personnel technique local est l'un des principaux objectifs ainsi que le développement des services aux membres (y compris la collecte de données et les formations).

Le MMFA a été créé en 2013 et a obtenu sa licence temporaire en tant qu'association à but non lucratif du Ministère de l'Intérieur en octobre 2016. Le MMFA est l'association nationale qui réunit des spécialistes de la microfinance (institutions de microfinance enregistrées, y compris les banques, les ONG et les entreprises privées) et d'autres acteurs pertinents travaillent à améliorer l'accès à des services financiers appropriés et abordables pour les pauvres et les personnes non bancarisées au Myanmar.

 


 

Projet

ADA et Redcamif améliorent l’accès à la finance inclusive en Amérique latine

Comment promouvoir des produits financiers innovants et pérenniser le secteur ?

Vers le haut

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En le consultant, vous acceptez l'utilisation des cookies. OK En savoir plus