Passerelles n°1

Passerelles n°1
  • Titre : Microfinance et changement climatique
  • Date : avril 2015
  • Langue : français

 

Egalement disponible en anglais et en espagnol

Téléchargez Passerelles n°1

 

 

Résumé

Urgence d'agir pour les générations futures

Le constat des chercheurs est alarmant : il est nécessaire et urgent d’adopter des mesures pour endiguer le réchauffement climatique, faute de quoi, les conséquences de notre empreinte deviendront irréversibles et, à terme, bouleverseront les équilibres naturel et sociétal sur la planète.

Ce constat fait directement écho à la définition de développement durable, selon laquelle, tout développement est durable s’il est capable de répondre aux besoins de la société d’aujourd’hui sans compromettre la capacité des générations futures de répondre à leurs besoins demain (selon le rapport Brundtland).

Lier le rentable au durable

Dans le contexte d’une amélioration des vies des habitants des pays en voie de développement, comment  assurer leur prospérité économique et sociale tout en gardant bonne conscience de l’empreinte écologique ?

Le secteur de la microfinance reste une alternative de développement économique, souvent la seule pour des populations en situation précaire ou de vulnérabilité. Il est donc logique qu’un secteur qui promeut le développement des moins favorisés se pose la question de comment ce dernier peut être non seulement rentable, mais aussi durable.

Les institutions de microfinance qui proposent l’approche « tripple bottom line » s’engagent dans cette voie à être financièrement viables tout en ayant un poursuivant un impact social et environnemental positif. Les dernières années on a pu assister à la naissance d’un florilège d’initiatives estampillées de microfinance verte.

ADA supporte les IMF qui priorisent l'accès à l'énergie verte par la finance inclusive en milieu rural dont les résultats sont à découvrir sur notre site.

Le rôle des fonds d'investissement pour le financement de l'économie verte 

Le numéro 1 de Passerelles se penche donc sur cette vaste thématique sans toutefois avoir l’ambition d’être exhaustif. Après une brève introduction au sujet, nous partons d’une perspective macro pour finaliser sur des expériences de terrain. Un premier article rédigé par Marc Bichler, Ambassadeur du Luxembourg pour les questions de changement climatique, prendra comme point de départ les grandes questions liées au changement climatique et donnera un aperçu général de l’agenda global sur cette question. Au-delà des grandes déclarations, l’auteur se posera la question du financement des activités d’une économie verte et du rôle des fonds d’investissement pour ce financement.

Un deuxième article, rédigé par Juana Ramirez (ADA), Marion Allet (PAMIGA) et Davide Forcella (Etudiant en Master à l'EMP et chercheur en physique à l'ULB), établit une analyse d’un échantillon d’IMF qui proposent des produits et /ou services verts à leurs clients. La région géographique en focus sera l’Amérique centrale, mise en perspective avec les travaux de recherche menés par Marion Allet dans sa thèse de doctorat.

Finalement, la dernière partie de la revue reprend les expériences de deux IMF sur le terrain : Fundecooperación, opérant en Amérique Centrale, et CARD, en l'Asie du Sud-Est.

Pour mieux découvrir la microfinance verte, ADA a organisé le 31e Midi de la Microfinance autour de la même thématique que ce numéro de la revue Passerelles, lors duquel les invités, spécialistes du secteur de la microfinance et de l'énergie, ont débattu au sujet de la microfinance verte.


Vers le haut

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En le consultant, vous acceptez l'utilisation des cookies. OK En savoir plus