Mercedes Canalda de Beras-Goico, présidente de REDCAMIF

Mercedes Canalda et Ivan Gutierrez


« Les femmes ont une place prépondérante dans la plupart des projets »


Mme Canalda est née à Saint-Domingue en République dominicaine. Elle est diplômée en économie et détient une Maîtrise en administration des affaires.

De 1985 à 1993, elle a travaillé à la Banque centrale de la République dominicaine dans différents domaines des affaires économiques et internationales.
Depuis 2003, elle est l’actuelle présidente exécutive de Banco de Ahorro y Crédito Adopem, S. A.
Actuellement, elle est Directrice exécutive de l'Association dominicaine pour le développement des femmes, Inc. (ADOPEM ONG), membre fondatrice et Présidente du Conseil d'Administration du Réseau dominicain de microfinance REDOMIF, Présidente du Réseau de Microfinance d'Amérique Centrale et des Caraïbes (REDCAMIF), ancienne Présidente du Conseil des Fondations Américaines de Développement (SOLIDARIOS) et ancienne Présidente et membre actuel du Conseil d'Administration de l'Association des Coopératives de Crédit et de Crédit de la République Dominicaine (ABANCORD), trésorière du Conseil d'Administration de Alianza ONG, membre du Conseil d'Administration de Fondomicro.
Mme Canalda a été consultante internationale auprès d'organisations de la Banque interaméricaine de développement (BID), Women´s World Banking (WWB) ; elle a également été professeure pendant plus de 15 ans dans différentes universités locales et a dispensé des cours dans des événements internationaux et des universités internationales.

Depuis ses fonctions, elle aide les femmes dominicaines à faible revenu à intégrer le système économique formel, par le biais de prêts avec lesquels elles lancent leur propre entreprise.


Dans le cadre de la journée internationale des femmes du 8 mars 2019, Mercedes Canalda de Beras-Goico a livré son témoignage sur sa vision des femmes dans le monde de la microfinance.


Vous avez succédé à Carlos Rojas Hidalgo à la présidence de REDCAMIF à l'été 2018. Pensez-vous avoir donné une vision différente à REDCAMIF en tant que femme ?
Lorsque j'ai pris la présidence de REDCAMIF, c'était un processus bien organisé et structuré où chaque structure locale a un siège au Conseil d'administration de REDCAMIF. L'opportunité d'avoir une femme, c’est de pouvoir générer de l'équité. Quand je me suis posé la question de comment changer la gestion de REDCAMIF, la première chose que j’ai faite est d’aller rencontrer les équipes du réseau, les talents humains et les collaborateurs. J'ai été surprise, parce que je trouve qu’il y aujourd’hui plus d'égalité entre les sexes. Les femmes ont une place prépondérante dans la plupart des projets, c'est positif. Elles ont la possibilité de tracer leur propre trajectoire de croissance et de succès, ce qui est très courant dans le secteur bancaire au niveau des postes de direction, où les femmes sont également représentées. Dans le cas de REDCAMIF, nous avons 3 représentantes de 7 pays qui nous accompagnent et qui ont des représentants, dont moi-même. Ce n'est pas 50/50, mais c'est très proche d'un équilibre qui donne une autre perspective à la gestion.

Quels sont les principaux objectifs et défis de REDCAMIF pour l'inclusion des femmes dans la région de l'Amérique centrale et des Caraïbes ?
De mon point de vue, le premier défi est l'autonomisation et le leadership dont elles ont besoin pour pouvoir générer une meilleure gestion et une plus grande portée sur le marché. Les femmes ont non seulement la capacité, mais aussi la sensibilité d'y parvenir.
Le deuxième défi au niveau du réseau est que nous portons attention à la connaissance des clients. Nous ne nous concentrons pas sur le produit, mais plutôt sur la compréhension des besoins des hommes et des femmes. C'est cela la notion de "client-centricity".

Vous êtes également directrice de Banco ADOPEM depuis 20 ans, l'une des plus grandes institutions de la République dominicaine. Quels sont les bénéfices que peut apporter la microfinance aux femmes du pays ?
La microfinance leur donne accès à des produits et services financiers et non financiers qui serviront d'outil et de levier pour leur développement et leur leadership. Nous, les femmes, assumons des tâches très importantes et nous ne pouvons pas nous permettre de nous disperser, parce que cela a un impact non seulement sur la vie des gens, mais aussi sur notre siècle, comme l'éducation, l'intégrité, la responsabilité... Les femmes comme moi, et surtout dans la culture de nos pays latins, assument ce rôle. Et cette responsabilité est très importante pour les générations futures. Nous devons trouver cet équilibre fondamental et délicat entre responsabilité et gestion du temps en tant qu'entrepreneures.

Il y a un justement mythe sur la difficulté d'équilibrer la vie privée et professionnelle des femmes, qu'en pensez-vous ?
Je cherche le côté positif du point de vue des épouses. De ce point de vue, les femmes se doivent de répartir leur temps entre l'important, l'urgent et le vraiment pertinent. Dans mon cas, j'occupe plusieurs postes : je suis dans REDOMIF, dans REDCAMIF, dans SOLIDARIOS, je suis présidente de la banque ADOPEM, je travaille aussi comme directrice de l'association dominicaine pour le développement des femmes... Le plus important est de savoir quel rôle on joue dans chaque moment institutionnel. Par exemple, je n'organise pas de réunion pour les anniversaires de mes enfants ou de mon mari. J'ai profité de mes enfants à différentes étapes de ma vie, ce sont des sacrifices que j'ai dû faire.
Il y a un autre sacrifice dont il faut tenir compte pour le développement professionnel. Nous avons fait une étude et nous nous sommes rendu compte que les entreprises des hommes connaissaient une croissance plus rapide que celles des femmes. Dans le cas de la République dominicaine, les femmes n'ont pas la capacité de réinvestir dans la même entreprise. Le même pourcentage des bénéfices générés n'est pas réinvesti par les hommes, parce que les femmes ont une plus grande propension marginale à épargner, à l'éducation, à l'alimentation, au logement. Ce n'est donc pas seulement une question de temps ou de multitâches, mais aussi de responsabilité. Quand les femmes peuvent investir 15% ou 17% de leurs bénéfices dans la croissance de leur entreprise, les hommes investissent 35% ou 40%. Cela peut attirer l'attention, mais il faut surtout voir comment faire des investissements qui sont plus rentables et comment avoir des entreprises plus efficaces.

Avez-vous un message à faire passer aux femmes entrepreneures ?
Je veux motiver les femmes entrepreneures pour qu’elles continuent à s'éduquer et à se former. Elles ne doivent en aucun cas se mettre de barrières pour concrétiser leurs rêves. La capacité de l'être humain à rêver est très importante, car tant que vous pouvez visualiser ce que vous êtes capable de réaliser, il est possible de réaliser vos rêves.

Sur la photo : Mercedes Canalda de Beras-Goico (Présidente de REDCAMIF) et Iván Gutiérrez Aguirre (Directeur exécutif de REDCAMIF) sur le stand ADA lors de la Semaine Européenne de la Microfinance à Luxembourg du 14 au 16 novembre 2018.

Retour
Vers le haut

En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer l’audience de nos sites et vous proposer du contenu ciblé. OK En savoir plus