« Ma vision est fondée sur le besoin d’autonomie »

Alpha Ouedraogo

25 ans après la fondation de ADA par Mia Adams, Alpha Ouedraogo a été l’un des premiers partenaires ouest-africain à s’engager aux côtés de l’ONG dès ses premiers pas. Il revient sur cette collaboration de longue date.

Vous avez été Directeur général de la FCPB (Faîtière des Caisses Populaires du Burkina Faso) pendant 15 ans, puis Directeur général de la CIF (Confédération des Institutions Financières de l’Afrique de l’Ouest) entre 2000 et 2014, époque à laquelle vous avez commencé à travailler avec ADA. Quelles ont été les premières pistes de collaboration ?

Le premier chantier concernait la construction institutionnelle des institutions de microfinance (IMF). ADA a longuement échangé autour de sa finalité en tant qu’ONG. A partir de là, on s’est concentré sur les IMF existantes. J’ai fait une évaluation type pour ADA des banques traditionnelles d’épargne et de crédit. Donc très tôt, elle s’est intéressée au système d’épargne et de crédits, avant de s’intéresser à l’institutionnalisation* de la Fédération des Caisses Populaires du Burkina (FCPB). J’étais à ce moment en contact avec Mia Adams pour définir les politiques stratégiques de ADA.

* l’institutionnalisation est la transformation de projets de développement en institutions autonomes

Puis nous avons mis en place un fonds de garantie, l’une des innovations majeures en microfinance. Le fonds consistait dans un premier temps à élargir la portée pour permettre aux plus démunis d’accéder aux services d’épargne et de crédit, notamment le crédit. S’agissant de populations à risques majeurs, le fonds de garantie venait couvrir une partie des impayés. C’était très novateur, l’une des premières collaborations en la matière qui a permis de déboucher sur la population avec tout le système bancaire.

Bien plus tard, le rating est intervenu. Au fur et à mesure du développement des IMF, l’institutionnalisation s’accompagnait d’une complexification financière. Nous avons donc amené les IMF à s’auto-évaluer dans un premier temps, avant de se familiariser avec le rating. C’est cet aspect qui était intéressant avec ADA, car c’est l’une des rares ONG à s’inscrire dans une logique de développement et d’acquisition des capacités.

 

Depuis le début des années 2000, vous avez œuvré avec ADA pour promouvoir la micro-assurance à traves CIF Vie au Burkina, la première compagnie d’assurance en Afrique de l’Ouest à proposer des produits d’assurance aux populations exclues au travers de son réseau d’agences. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Au niveau de la FCPB, suite au fonds de garantie que nous avions mis en place, il fallait prévenir les risques à l’intérieur des IMF. Et comme le milieu juridique n’était pas favorable et engendrait beaucoup de difficultés, nous avons rapidement mis en place l’assurance. Donc à partir de ce fonds de garantie, et c’est là la seconde innovation, nous sommes partis de deux expertises pour arriver à professionnaliser le produit de l’assurance et l’amener aux membres. La première expertise européenne avec ADA ; l’autre québécoise avec Développement International Desjardins (DID). Au fur et à mesure de la finalisation du produit, ADA a accompagné non seulement la Fédération des Caisses Populaires du Burkina, mais aussi l’ensemble des réseaux. Le produit a ensuite été adapté à l’industrie, débouchant sur une institutionnalisation où ADA a pris une participation à la création de CIF Vie assurance. La CIF est un regroupement de 6 coopératives dans 5 pays : Burkina Faso, Togo, Bénin, Mali et Sénégal. La collaboration avec ADA a été très complémentaire sur ce projet : tout au long du processus, la logique d’institutionnalisation a été d’appuyer et de développer les capacités à l’intérieur des systèmes privatisés.

 

Vous êtes connu pour votre vision très juste du secteur de la microfinance. C’est à vous notamment que l’on doit le concept des Caisses Villageoises (crédit collectif pour les femmes), entre autres. D’où vous viennent ces inspirations ?

Je suis africain du Sud né au Mali, mes parents sont burkinabés. J’ai d’abord suivi une formation en économie du développement. Quand je suis rentré, j’ai travaillé au niveau des ministères dans le secteur du développement agricole. Et puis je m’interroge beaucoup. Je pars du principe que si l’on veut permettre aux exclus d’accéder aux services financiers, on ne peut pas continuer avec la logique financière classique. Il faut s’appuyer sur le potentiel des gens exclus, sur le nombre. Par le nombre, on peut arriver à répondre aux besoins, mais c’est aussi un élément qui permet à l’IMF de se rentabiliser. Donc il y a une cohérence dans les objectifs et dans les choix.

Et je crois que tout le travail qu’on a fait ces dernières années a consisté à créer plusieurs marchés : le marché de l’épargne, le marché du crédit et le marché de l’assurance. Je pense que c’est le nombre qui fait la force de la microfinance. Et la vision vient du fait qu’effectivement il y a la possibilité de rendre service, mais dès qu’il y a un retour, cela permet aussi à l’institution de se rentabiliser. Avant les Caisses Villageoises par exemple, les Caisses Populaires du Burkina en milieu rural mettaient 15 ans à s’autofinancer. Avec l’arrivée du concept des Caisses Villageoises, nous avons autofinancé les Caisses Populaires rurales en 3 ans. Donc c’était gagnant-gagnant. A l’époque, avec l’impertinence de mes 30 ans, je disais que la pauvreté était un marché à prendre. Ca choquait, mais c’était un peu cette idée que je défendais.

 

On dit que vous êtes un homme de caractère. Cela peut-il expliquer vos succès ?

En général, je vais droit au but et j’explique les choses telles qu’elles sont. C’est aussi cela que les partenaires reconnaissent. Dans la diplomatie africaine, nous avons une certaine forme de politesse. C’est bien, mais ça ne fait pas avancer le monde. Généralement, j’aime boire avec le verre que j’ai. Il peut être grand ou petit mais je bois avec. Et j’aime porter mon propre sac, pas celui des autres. Je pense que ma vision est fondée sur le besoin d’autonomie, parce que je trouve qu’en développement, il est difficile de revendiquer l’autonomie. Si vous le faites, c’est l’autre qui paie, et je suis mal à l’aise avec cette idée. Par contre, il est possible de faire un compromis avec l’autre : des institutions comme ADA peuvent dire « écoutez allons-y ensemble et à un moment donné, aidez-moi à pouvoir me passer de vous ». Je suis plus à l’aise avec ce principe, d’autant que ça entre dans la philosophie de ADA. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que 25 ans après on est toujours ensemble, même si je fais partie des archives.

 

Comment ADA a évolué selon vous depuis 25 ans ?
Je pense que ADA est restée fidèle à sa ligne d’appui au développement. Pour tous les processus d’institutionnalisation ou de transformation, ADA a toujours été là. J’aime également le fait d’asseoir la transparence, la mécanique de la gouvernance. Par exemple, nous avons mis au point à la CIF ce que j’appelais l’inspection croisée, c’est-à-dire que ADA faisait un croisement pour pouvoir faire l’inspection et assurer la transparence, alors qu’on avait peu de moyens.

Et quand bien même elle disposait d’un fonds d’investissement, elle a respecté notre volonté au sein de CIF de poursuivre avec d’autres mécanismes alternatifs financiers qui sont du développement pour créer la compagnie d’assurance. J’ai trouvé ça extraordinaire.

Autre chose qui n’apparaît pas beaucoup dans la littérature de ADA, c’est qu’elle était au cœur même de la gestion des risques. Elle nous a mis en contact à l’époque avec une banque au Luxembourg qui était spécialisée dans ce domaine et s’est montrée très présente dans les échanges.

 

La SAM au Burkina coïncide avec l’anniversaire de ADA, pensez-vous que ce soit un beau symbole ?

Oui c’est un beau symbole. J’avais déjà participé à la SAM à Dakar en 2015 ; l’idée était de voir comment toute cette capitalisation pouvait s’articuler au niveau des institutions locales. En tant qu’IMF, nous n’étions peut-être pas assez organisés pour cela, car il est quand même difficile pour une IMF de jauger si elle est capable ou non d’ingérer cet élément-là d’échange. Ce sont les premières réflexions, mais nous ne sommes pas allés plus loin.

 

Vous êtes retraité depuis maintenant 4 années. Etes-vous toujours aussi impliqué dans le secteur ?

Depuis 3 mois, la BCEAO (Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest) et l’Etat m’ont demandé si je pouvais aider à rediriger une IMF et j’ai accepté. Donc oui je suis encore impliqué. Que ce soit à la Fédération ou à la CIF, j’ai la chance d’avoir été pionnier. Il faut maintenant savoir gérer ceux qui arrivent.

 

Quels sont vos projets ?

Je vais continuer à aider les IMF en difficulté ici au Burkina et voir quels types d’alliance on pourrait développer pour y parvenir. Il faut réussir à protéger la gouvernance, car cela reste un problème majeur au niveau des institutions africaines.

GAFREH x ADA

Illustration : SAM 2015

Retour
Vers le haut

En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer l’audience de nos sites et vous proposer du contenu ciblé. OK En savoir plus