Les organisations signataires rendent compte de l'engagement Covid-19 et des enseignements tirés

Signataires pledge

Six mois après la signature de l'Engagement, un groupe de travail composé de signataires tire les leçons de la mise en œuvre des principes de l'Engagement. Dans une publication commune, les signataires présentent l'état de mise en œuvre de 10 principes.


Depuis le printemps 2020, le secteur de l'inclusion financière s'est embarqué dans un périple pour faire face à la crise Covid-19. Sur le terrain, les institutions de microfinance ont pris des mesures pour faire face aux risques sanitaires, aux confinements et à la récession économique. Pendant ce temps, les prêteurs, les investisseurs, les organisations de soutien et les prestataires d'assistance technique ont dû adapter leurs principes d'intervention et coordonner leurs actions[1]. En signant l'Engagement sur les principes clés pour assurer la protection des institutions de microfinance et de leurs clients dans la crise Covid-19 («l'Engagement»), 30 organisations se sont engagées à respecter certains principes clés.

Six mois après la signature de l'Engagement, un groupe de travail composé de signataires (ADA, Cordaid Investment Management, Frankfurt School Impact Finance, Fondation Grameen Credit Agricole, Microfinance Solidaire, SIDI et la Social Performance Task Force) tire les leçons de la mise en œuvre des principes de l'Engagement. Dans une publication commune, les signataires présentent l'état de mise en œuvre de 10 principes notamment liés aux reports d’échéance et aux premières étapes de restructuration volontaire de la dette, en lien avec ce qui a pu être observé au cours des premiers mois de la crise.

[1] https://www.covid-finclusion.org/investors
 

Télécharger la publication

(résumé de la publication)

-----------------------------------------------------------

Nous en concluons une très bonne coordination entre les bailleurs internationaux qui se sont mis d'accord sur les termes des accords de report d’échéance, évitant, dans la majorité des cas, de longues discussions de restructuration. Cette réaction rapide s'est avérée essentielle pour éviter une crise de liquidité dans le secteur, la plupart des partenaires financés ayant maintenu des niveaux de liquidité suffisants. Dans de rares cas, lorsque des comportements individuels non coordonnés menaçaient le partage équitable du risque entre les bailleurs internationaux, la pression des pairs a été efficace.

Nous avons également assisté à une coordination sans précédent dans le domaine de l'assistance technique qui a déjà abouti à des collaborations entre les prestataires d'assistance technique, telles que l'organisation d'un webinaire conjoint sur la gestion des liquidités, l’offre d'outils sur la continuité des activités et la mise en œuvre d'enquêtes de terrain auprès des clients finaux. La coordination n'a cependant pas été à la hauteur de notre objectif initial, notamment en raison de la nécessité de prioriser les questions les plus urgentes. Compte tenu des défis importants auxquels les institutions de microfinance seront confrontées sur le terrain, nous pensons qu’il est essentiel de poursuivre nos efforts sur ce front pour éviter les doublons et tendre vers une plus grande efficacité.

Notre engagement en matière de protection des clients et du personnel perdure. Nous avons encouragé les initiatives visant à promouvoir la protection continue des clients et du personnel en ces temps de crise et nous devons poursuivre ces efforts pour nous assurer qu’elles restent au centre des discussions. De nombreuses institutions de microfinance devront redresser une activité intimement liée à la santé financière des clients, aux comportements du personnel sur le terrain et au traitement du personnel. À cette fin, nous encourageons la collecte coordonnée d'informations sur la gestion du personnel ainsi que sur la situation et les besoins des clients tout au long de la crise et au-delà. Nous encourageons également l’intensification des initiatives sectorielles qui contribuent à une collecte d’information efficace dans ces circonstances exceptionnelles.

Le financement par la dette a considérablement ralenti pendant la crise mais ne s'est pas complètement arrêté. Alors que certaines économies redémarrent, bon nombre des partenaires que nous finançons ont montré, depuis juillet 2020, des signes encourageants de reprise, avec des différences importantes entre les pays et les secteurs d'activité. Conscients de l'ouverture de ce nouveau chapitre, nous nous engageons à accompagner et à consolider la reprise économique de manière opportune et responsable.

 

Les signataires s'engagent à coordonner les politiques, l'assistance technique et les ressources pour aider les institutions de microfinance à faire face à la crise.

A l’initiative de la Fondation Crédit Agricole, un groupe de bailleurs de fonds et d’acteurs clés du secteur de la finance inclusive ont établi un engagement commun : "Principes clés pour protéger les institutions de microfinance et leurs clients dans la crise du Covid-19". Depuis sa publication, 26 organisations ont signé cet engagement dans le but de mieux soutenir les institutions de microfinance et les clients vulnérables pendant cette crise.

Si vous souhaitez devenir vous-même un signataire de l’engagement, consultez la page dédiée du site Covid-Finclusion.

Pour répondre à un des principes de cet engagement, ADA anime un Groupe de coordination dédié aux investisseurs sociaux et aux ONG actives en microfinance.


Retour
Vers le haut

En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer l’audience de nos sites et vous proposer du contenu ciblé. OK En savoir plus