logo Midi

46e Midi de la Microfinance et de l'inclusion financière

Le futur commence aujourd'hui :
Trois sujets d'actualité de la finance inclusive en Afrique : Digitalisation, client-centricity et PME


46e Midi de la Microfinance

Photos de Olivier Minaire

Oui aux services digitaux, mais adaptés aux besoins de clients des institutions de microfinance 

L’année du 25e anniversaire de ADA a débuté avec un Midi de la Microfinance consacré aux sujets d’actualité du secteur qui façonneront le développement de l’inclusion financière dans les prochaines années. Les orateurs internationaux ont témoigné sur le digital, la vraie valeur ajoutée pour le client et l’égalité des genres dans l’entrepreneuriat africain, devant le public de l’auditorium de la Banque de Luxembourg.

Les services financiers inclusifs pour atteindre les Objectifs de Développement Durable

ADA, l’ONG luxembourgeoise, se consacre au développement de l’inclusion financière dans le monde depuis 25 ans à travers de nombreux projets. A l’occasion de ses 25 ans cette année, ADA organisera également la 4e Semaine de la Microfinance (SAM) en octobre à Ouagadougou, Burkina Faso. Cet évènement de grande envergure sera consacré à la thématique de l’impact et de solutions à apporter pour atteindre les Objectifs à l’horizon de de Développement Durable 2030. Le 46e Midi de la Microfinance, organisé le 7 février à la Banque de Luxembourg,  fut donc l’occasion d’introduire les premières thématiques qui seront présentées à la SAM, grâce aux experts présents sur scène : Gerhard Coetzee, expert en Client Centricity au CGAP, basé à Washington, Madji Sock, Fondatrice et Présidente de Women’s Investment Club et associée chez Dalberg à Dakar et Arnaud de Lavalette, chef de projet senior en finance digitale chez ADA au Luxembourg.

Les solutions techniques pensées comme valeur ajoutée pour le client 

Les solutions digitales sont souvent évoquées comme l’une des thématiques les plus importantes de celles qui vont façonner le futur du secteur de l’inclusion financière, grâce à l’accès facilité aux populations les plus éloignées, à la réduction des coûts opérationnels des institutions de la microfinance, ou tout simplement grâce à la démocratisation de services financiers. Comme le souligne Madji Sock : « Le digital aide à diminuer le fossé entre les hommes et les femmes ou les jeunes entrepreneurs». Gerhard Coetzee souligne que : « De fait, entre 2006 et 2017, près de deux milliards de comptes ont été ouverts dans le monde, mais plus de la moitié n’est pas utilisée. Il est donc important de savoir pour quelles raisons ces clients les ont abandonnés. Y’a-t-il a une vraie valeur ajoutée derrière cela ? Il en est de même pour le digital, les besoins du client doivent être mis en avant dans le développement de solutions techniques».
Cet expert en client centricity ajoute : « La valeur ajoutée pour le client, c’est adapter les produits et services aux besoins des clients et non des fournisseurs ».
Arnaud de Lavalette affirme que dans le cadre de projet « Digital finance initiative » lancé par ADA en 2017 dans les pays africains, les institutions de microfinance se tournent de fait vers les innovations digitales suite à la demande de leurs clients. La plupart de produits technologiques sont donc mis en place en premier temps avec l’idée d’apporter la vraie valeur ajoutée au client. 
Enfin, la question de partenariats public-privé a été évoquée pour l’avancement du secteur : « Il faut éviter la tendance de rentabilité avant le développement social. Pour cette raison, il est important que les projets soient menés par les ONG » affirme Madji Sock.
La conclusion de la discussion entre les trois experts a été présentée par Sachin S Vankalas, Directeur des Opérations et du Développement Durable, LuxFLAG Luxembourg qui a souligné le besoin de renforcement de capacités des acteurs de la microfinance en Afrique pour accéder à davantage d’investisseurs et améliorer de ce fait leurs produits et services, dont le digital. Il termine par une note importante : « De plus, les bénéfices apportés par les innovations digitales qui améliorent et facilitent le travail des institutions financières du Sud doivent également être visibles sur le client, par exemple en réduisant les taux d’intérêt sur les produits proposés ».

Ce Midi a été modéré par Myka Reinsch, Consultante en Finance Inclusive (France).

L'entièreté de la conférence peut-être visionnée en vidéo sur notre chaîne YouTube.


Pour en savoir plus sur les sujets...

Pour en savoir davantage sur les thématiques discutées par nos orateurs, découvrez les documents spécialement séléctionnés par ADA et nos invités du 46e Midi : 

Les orateurs de ce Midi

Gerhard Coetzee, Expert en Client Centricity, CGAP, USA

Gerhard Coetzee dirige l'équipe de la valeur client du CGAP, y compris les segments de clientèle et les connaissances, la protection et la valeur, et est également responsable de Gateway Academy, une plate-forme d'apprentissage numérique. Il est professeur extraordinaire à l'Université de Stellenbosch Business School.
Avant le CGAP, M. Coetzee a été responsable de l'offre de services bancaires sans guichet d'Absa Bank (Afrique du Sud), fondateur et directeur du Centre for Inclusive Banking in Africa, professeur d'économie agricole à l'Université de Pretoria, responsable technique et PDG d'une société de conseil (appartenant à DAI) et a occupé plusieurs postes supérieurs à la Development Bank of Southern Africa. Ses domaines de spécialisation sont le financement du développement, l'inclusion financière, le financement agricole et le développement rural. Il est l'auteur de nombreuses publications et a travaillé dans plusieurs pays, dont la majorité en Afrique.
M. Coetzee est titulaire d'un doctorat en économie agricole de l'Université de Pretoria, en Afrique du Sud. Il parle couramment l'afrikaans.

 


Madji Sock, Présidente du WIC et associée chez Dalberg, Sénégal

Madji est associée au bureau de Dalberg au Sénégal et est associée aux opérations mondiales de Dalberg. Elle a plus de 20 ans d'expérience dans la mise en œuvre et la gestion de projets en Afrique, en Asie, en Europe de l'Est et aux États-Unis. Son portefeuille de projets récents est fortement axé sur l'aide aux gouvernements nationaux pour qu'ils jouent un rôle de premier plan dans les programmes de développement, et aux partenaires du développement pour établir et/ou renforcer les mécanismes de transition vers une plus grande appropriation gouvernementale des programmes sectoriels. Elle est co-fondatrice du Women's Investment Club Sénégal (WIC).
Madji est titulaire d'un MBA en Management International de Thunderbird, School of Global Management. Elle parle couramment l'anglais et le français.


Arnaud de Lavalette, chef de projet senior, ADA, Luxembourg

Arnaud de Lavalette dirige actuellement l'initiative Digital Finance d'ADA, qui aide les IMF africaines à numériser leurs opérations.
Il est un expert chevronné de la microfinance et du financement des PME avec plus de 10 ans d'expérience dans ce domaine en Asie (Népal, Inde et Philippines), en Afrique occidentale et en Amérique latine (Mexique).

Dans le domaine des PME, Arnaud a travaillé au Népal où il a mené des enquêtes pour la SFI et soutenu des entrepreneurs de PME avec la Commission européenne. En Inde, il a conçu un véhicule d'investissement (fonds d'actions) destiné à soutenir les PME sociales indiennes.
Dans le secteur de la microfinance - outre de nombreuses missions d'assistance technique à travers le monde, il a géré le redressement et vendu MicroCred Mexico, et plus récemment, il a été CEO de mBank Philippines, un projet bancaire greenfield financé par des investisseurs internationaux (FMO, Finnfund, MBH) et Smart, la principale société de télécommunications aux Philippines.

Actuellement, il travaille avec ADA sur un nouveau projet de financement numérique, aidant les IMF africaines à numériser leurs opérations, c'est-à-dire à intégrer les services mobiles comme canaux de communication et de distribution et à migrer le MIS dans le cloud. A ce jour, une demi-douzaine d'institutions sont accompagnées dans leur processus de changement.

Avant de rejoindre le secteur du développement, Arnaud a acquis une solide expérience tant dans la finance que dans les nouvelles technologies. Il a débuté sa carrière comme auditeur chez Arthur Andersen (3 ans), a évolué comme contrôleur et analyste financier (3 ans) et a fondé une agence web qu'il dirige depuis 7 ans.


Myka Reinsch, Consultante en finance inclusive, France

En tant que consultante pour ADA, Myka dirige le développement stratégique de la SAM 2019. Myka apporte deux décennies d'expérience dans les domaines du développement économique international, de la finance inclusive et du développement des moyens d'existence, en mettant l'accent sur la création de partenariats stratégiques intersectoriels et l'élaboration d'approches novatrices pour doter les pauvres d'outils durables pour surmonter la pauvreté. 

Elle a été consultante auprès du CGAP/Banque mondiale, de la Grameen Foundation USA, d'Ayani Inclusive Financial Sector Consultants, de l'European Microfinance Platform, d'AGRA, d'ARD Inc, de Chemonics International, de FHI-360, de MIX, de SEEP, du United Nations Capital Development Fund, de UN Women, de nombreux projets USAID, de The New York Public Library and Local Initiatives Support Corporation (un intermédiaire financier auprès de communautés défavorisées aux États-Unis) et de plusieurs autres. Myka est également directrice des innovations chez Ayani Inclusive Financial Sector Consultants et siège au conseil d'administration du Center for Agriculture and Rural Development (CARD) MRI Development Institute aux Philippines.

Myka a passé six ans chez Freedom from Hunger, où elle a occupé divers postes, dont ceux de vice-présidente des programmes, directrice de la microfinance et de la protection de la santé et conseillère technique principale, fournissant une formation directe et une assistance technique aux prestataires de services financiers en Afrique occidentale et en Asie du Sud-Est. Elle a dirigé un projet de quatre ans financé par la Fondation Gates pour tester des combinaisons innovantes de services de microfinance et de protection de la santé sur trois continents, aboutissant à cinq modèles novateurs qui ont touché des millions de personnes en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

Myka est titulaire d'un MBA en économie du développement et gestion à but non lucratif de la Columbia Business School et d'un Bachelor's degree en linguistique culturelle du Vassar College. Elle a vécu et travaillé dans une douzaine de pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine ; elle réside actuellement en France.


SVankalas2017

Sachin S Vankalas, Directeur des opérations et du développement durable, LuxFLAG, Luxembourg

Sachin S Vankalas est un professionnel multilingue des services financiers qui possède une vaste expérience internationale en microfinance et en Impact Investing.  Actuellement, en tant que Directeur des opérations et du développement durable chez LuxFLAG, Sachin travaille principalement avec des fonds d'investissement actifs dans les thèmes de l'investissement durable tels que la microfinance, le climat, l'ESG, l'impact financier, etc. Il est membre du conseil d'administration de European Microfinance Platform (e-MFP), Inclusive Finance Network Luxembourg (InFiNe) et International Climate Finance Accelerator (ICFA).

Avant de rejoindre LuxFLAG, Sachin a d'abord travaillé comme Investment Officer pour une société suisse de gestion d'actifs en microfinance et comme Rating Analyst pour une agence de notation internationale. Alors qu'il travaillait dans une agence de notation spécialisée en microfinance et dans une société d'investissement social opérant dans les pays en développement et les économies en transition, Sachin a travaillé sur des notations, due diligences, évaluations institutionnelles et projets d'investissement pour plus de 75 institutions financières sur les continents.

Sachin a suivi des programmes de formation en inclusion financière et durabilité de l'Université de Harvard et de la Stern School of Business de NYU Stern et est titulaire d'un MS en banque et finance de la Luxembourg School of Finance.


 

Thierry Feltgen, Investment Communication, Banque de Luxembourg

Thierry a rejoint la Banque de Luxembourg en 1999. En 2000, il s'est spécialisé en tant qu'analyste de fonds en se concentrant sur la sélection de fonds obligataires et les investissements en obligations sécurisées dans les portefeuilles multigestion. En 2007, il s'est joint à l'équipe des titres à revenu fixe de BdL à titre de gestionnaire de fonds.
En 2010, Thierry a repris la responsabilité de l'activité "investment communication" de la gamme de fonds de BdL et a agi en tant que spécialiste produits pour soutenir l'équipe commerciale. L'activité de distribution de BdL s'intensifiant, il a pris le poste de chef de la gestion des produits et des services à la clientèle en 2017. 
Il agit également à titre de gestionnaire de projet pour des projets transversaux liés au contenu chez BdL. À ce titre, il a supervisé la mise en œuvre de la stratégie ESG de la Banque.
Thierry est ingénieur agronome diplômé de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich (EPFZ). Il est également diplômé en économie de l'HSG de Saint-Gall. Il a obtenu le diplôme CEFA (Certified EFFAS Financial Analyst) en 2003.


Ce 46e Midi de la microfinance est organisé avec le soutien de la Direction luxembourgeoise de la Coopération et de l'Action humanitaire et du réseau InFiNe.lu, et en collaboration avec la Banque de Luxembourg.
Les Midis de la microfinance ont lieu durant la pause-déjeuner de 12h à 14h. Au menu, la présentation d'une étude ou d'un cas pratique par un expert d’un domaine de la finance inclusive, suivie d’une séance de questions-réponses, clôturée par un déjeuner-buffet.

Logos sponsors EN
Vers le haut

En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer l’audience de nos sites et vous proposer du contenu ciblé. OK En savoir plus