Objectifs du programme
Développer les produits et services pour financer l'agriculture durablement 

Zones d'intervention
Laos, Bénin, Burkina Faso, Togo, République Démocratique du Congo

Responsable du projet

Partenaires
- Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO)
- ACFB (Bénin)
- ACFIME (Burkina Faso)
- GRAINE-SARL (Burkina Faso)
- FUCEC (Togo)
- PAIDEK SA (République Démocratique du Congo)

Quelques chiffres
8 IMF partenaires

Financer l’agriculture durablement

Finance agricole

Appuyer un secteur vital en manque de financement adapté

L’industrie agro-alimentaire permet de satisfaire les besoins en nourriture de la population mondiale. Selon les Nations Unies, ce secteur est le principal employeur du monde. C’est le gagne-pain de 40% de la population mondiale actuelle et la première source de revenus et d’emploi pour les ménages ruraux pauvres.
Malgré l’importance de l’agriculture pour nourrir l’ensemble de la planète, les 500 millions de petites exploitations agricoles, qui fournissent environ 80% de la nourriture consommée dans les pays en développement, souffrent toujours d’un manque crucial de mécanismes de financements adaptés à leurs activités.

Les institutions financières formelles sont encore considérablement limitées dans leur fourniture de services financiers aux ménages dépendant de l'agriculture, ainsi qu'au secteur de l'agro-industrie. Ce constat se traduit par un déficit de financement rural limitant les investissements agricoles et affectant de manière significative les petits exploitants et leurs organisations, ainsi que les petites et moyennes entreprises agricoles. Tous trois constituent le soi-disant «missing middle» dans les marchés financiers, et souffrent d’un accès très limité au financement.

Dans le cadre de sa mission, ADA a identifié un fort besoin d’accompagnement des IMF pour développer des produits et/ou services en matière de financement de l’agriculture.

Les étapes clés pour appuyer financièrement les acteurs des chaînes de valeur agricoles :

  • Développer des produits de financement sur-mesure pour les acteurs ruraux : 
  • Elaborer une formation spécifique pour maîtriser la finance agricole : 
  • Considérer tous les acteurs de la chaîne de valeur ;
  • Appliquer la théorie aux réalités du terrain.

L'importance de formations sur-mesure 

Considérant ces éléments, ADA a souhaité intégrer une offre d’appui technique en finance agricole, en intégrant un composant coaching afin de favoriser une implication plus forte de la direction de l’IMF et l’appropriation du projet.

Par ailleurs, les formations en finance agricole basées sur un contenu créé par la FAO (et co-animées en 2015 par la FAO et ADA en Afrique francophone) ont reçu un accueil très positif. Au niveau global, le secteur de la microfinance montre une reconnaissance du potentiel du marché financier agricole.

En 2017, une formation initiale a eu lieu avec une vingtaine de participants, dont une grande majorité a postulé au projet de coaching : 5 IMF et 5 coaches ont été sélectionnés et mis en paires lors de l'atelier de planification. 


Au dernier semestre 2017, le projet d’appui coaching en finance agricole en Afrique a démarré !

Atelier formation finance agricole Abidjan 201708

Sur les 15 IMF ayant participé à l’atelier de formation en finance agricole organisé en août 2017 à Abidjan, 5 ont été retenues pour le projet d’appui coaching sur les 13 IMF ayant candidaté.

Ces 5 IMF sont réparties dans 4 pays d’Afrique francophone : le Bénin, le Burkina Faso, le Togo et la République Démocratique du Congo.

Les Directeurs Généraux de ces 4 institutions, accompagnés de leur collègue directement en charge de la mise en œuvre du projet, ont participé fin septembre 2017 à un atelier de planification visant à présenter le concept et la méthodologie de coaching de ce projet et travailler avec leur « coach » dédié pour proposer une première version des plans d’actions opérationnels.

Les coaches sont des experts en finance agricole de la sous-région, sélectionnés et sensibilisés à l’approche coaching par un coach professionnel, qui les a accompagnés durant l’atelier de planification et leur apporte aussi un soutien à distance.

Les plans d’actions de ces institutions ont été définitivement approuvés en novembre-décembre 2017 par les équipes ADA et FAO en charge du projet et les premières activités ont démarré dès le dernier trimestre 2017 dans les institutions.

L’année 2018 permettra à ces 5 partenaires de mettre en œuvre les activités de ces plans avec entrain et succès, avec l’accompagnement de leur « coach » et l’appui technique de ADA-FAO. Ensemble, nous capitaliserons sur cette première année de projet, afin de pouvoir l’adapter au besoin et par la suite intégrer de nouvelles institutions partenaires. 

 

Vers le haut

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En le consultant, vous acceptez l'utilisation des cookies. OK En savoir plus