Objectifs du projet
Promouvoir la finance inclusive en Amérique centrale et République dominicaine

Responsables du projet

Partenaires
REDCAMIF et les 7 réseaux nationaux membres : 
ASOMIF (Nicaragua)
ASOMI (El Salvador)
REDIMIF (Guatemala)
REDMICROH (Honduras)
REDOMIF (République Dominicaine) 
- REDCOM (Costa Rica)
- REDPAMIF (Panama)

DSC00189 DSC00208 DSC00252 DSC00288

Accélérer l’inclusion financière en Amérique centrale et en République dominicaine


ADA participe à l’expansion des services et produits de finance inclusive en Amérique centrale et en République dominicaine à travers un appui technique et financier au réseau régional REDCAMIF.


REDCAMIF, partenaire historique de ADA

Au Costa Rica, Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Panama, et République dominicaine, plus de 40% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté. Malgré le maillage d’institutions de microfinance (IMF), seuls 22% des 5,5 millions de micro-entrepreneurs de la région ont accès aux produits financiers pour développer leur activité. Le taux de pénétration reste faible en zones péri-urbaines et rurales.

Pour étendre leurs services, les IMF de ces pays s’appuient sur des réseaux nationaux dont le rôle est clé pour développer des produits financiers adaptés et créer un environnement politique favorable.

Ces réseaux se sont eux-mêmes regroupés au sein du réseau REDCAMIF (Red Centroamericana y del Caribe de Microfinanzas), un réseau régional de microfinance qui regroupe sept réseaux nationaux : Costa Rica, Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Panama et République dominicaine.
L’ensemble de ces réseaux représente 141 institutions de microfinance (IMF), dont 38,5% du portefeuille est investi en zones rurales et touche 1,8 million de micro-entrepreneurs, dont 59% de femmes.

Réseaux REDCAMIF + chiffres clés FR

REDCAMIF : un impact démultiplité grâce au maillage en réseau


PROJET REDCAMIF 2012-2017 : LE BILAN

Objectif : promouvoir la finance inclusive dans la région

Mis en place entre août 2012 et décembre 2017 pour un budget de 6,4 millions d’euros, le projet ADA-REDCAMIF avait pour objectif de promouvoir l’inclusion financière en Amérique Centrale et en République dominicaine :

  1. en offrant aux IMF un accès permanent au financement pour élargir l’offre de services financiers inclusifs et durables dans la région ;
  2. en renforçant les capacités de gestion des risques, la gouvernance d’entreprise, la gestion de la performance sociale et la durabilité des 7 réseaux nationaux et du réseau régional REDCAMIF.


Partenaires

Le projet a été géré par REDCAMIF, avec le soutien local d'ADA et les contributions des 7 réseaux nationaux : REDIMIF, REDMICROH, REDOMIF, ASOMIF, ASOMI, REDCOM et REDPAMIF.

José Luis González Renderos

José Luis González Renderos, ex-Président de REDCAMIF:
Le contrat-cadre signé avec ADA permet à REDCAMIF de développer des solutions innovantes et de diffuser ces nouveaux produits à travers les réseaux de chaque pays. Dans ce contexte, ADA est un partenaire stratégique essentiel au développement efficace du réseau. "

 

 


Mise en place du projet

Pour atteindre l’objectif, le projet ADA-REDCAMIF d’expansion de la finance inclusive a reposé sur trois piliers fondamentaux :

  1. Renforcement des capacités
  2. Gestion des connaissances
  3. Développement de produits et services financiers inclusifs en partenariat avec les IMF

1. Renforcement des capacités

Au niveau des réseaux
Les 7 réseaux nationaux de REDCAMIF ont été soutenus pour mettre en œuvre un projet générateur de revenus pertinent pour les IMF membres, qui contribuerait à leur viabilité financière. Actuellement, 5 de ces projets continuent d'être mis en œuvre et génèrent des revenus.

Au niveau des IMF
Les IMF membres de ces 7 réseaux nationaux ont été appuyées, afin de les rendre plus autonomes et efficaces dans leur processus de financement des micro et petites entreprises et des petits paysans. Ce renforcement s’est fait à deux niveaux :

  1. Renforcement de la gestion des risques et de la gouvernance, par la mise à disposition de services d’assistance technique, de formation et de coaching ;
  2. Renforcement de la transparence et des performances sociales, grâce à des évaluations, des formations et la diffusion de données.

Fondé sur une approche participative, le projet visait également à améliorer l’échange de savoirs entre les différents acteurs et membres du réseau REDCAMIF en faisant appel aux technologies de l’information.

Formations : en 2017, des formations sur la gestion des risques ont été organisées en ce sens au Guatemala, en République dominicaine et au Nicaragua et des formations sur la gouvernance ont également été dispensées au Honduras, au Salvador et au Nicaragua.
Assistance technique : en 2017, ce sont 6 IMF qui ont bénéficié d’une assistance technique, leur permettant d’intégrer des systèmes de gestion de la performance sociale dans leurs stratégies.

Au total sur les cinq ans et demi du projet : 143 contrats d’assistance technique au bénéfice de 98 IMF.

training-ADA


2. Gestion des connaissances

En plus de l’appui aux projets pilotes, la diffusion de connaissances s’est faite à travers des rencontres organisées avec les réseaux nationaux pour partager les expériences de mise en œuvre des projets, ainsi qu'avec les IMF membres sur les questions de gestion des risques, d'accompagnement et de leadership, de contrôle interne, de finance rurale, de crédit vert et de changement climatique. Ces rencontres ont permis par ailleurs de capitaliser les expériences acquises pendant le projet.

De plus, un processus de capitalisation des expériences a été mené à travers des réunions d'échange d'informations avec les IMF sur les différents sujets.

A ce titre, ADA et REDCAMIF ont organisé en avril 2017 un atelier de capitalisation des expériences en finance rurale et habitat au Panama, auquel ont participé les IMF du projet pilote de développement de nouveaux produits en matière de finance rurale et d’habitat. Cet atelier visait à systématiser l’expérience acquise lors de la mise en œuvre des projets pilotes.

Plus d'informations sur l'atelier

 

3. Développement de produits et services financiers inclusifs (SFI)

En 2014, un premier diagnostic des besoins des clients des IMF membres des réseaux nationaux a permis de mettre en évidence des besoins en matière de financement rural et d’habitat. ADA et REDCAMIF ont ensuite réalisé des études de marché et de faisabilité permettant de concevoir des produits répondant aux besoins dans ces deux domaines : épargne, leasing, assurance, prêts élargis à des domaines comme les énergies vertes…

En 2015, suite à ce diagnostic, le projet a initialement appuyé 25 IMF afin de développer des services financiers adaptés. Puis, suite au bon déroulement du projet, ce sont finalement 32 IMF qui ont été appuyées.


Financement rural
15 IMF ont proposé 4 produits de financement rural : le crédit-vert, le crédit pour l’efficacité énergétique, le crédit pour les femmes entrepreneurs et le micro-leasing.
Il s’agit de : SHARE, AMC, ODEF, PILARH, PROMUJER, FUNDENUSE, FIDERPAC, FUDECOSUR, PROCAJ, Banco ADOPEM, COOPADEPE, FUDEMi, EDESA, FOMENTA et COOPASPIRE.

Au total, 2 794 clients des 15 IMF ont bénéficié de ces produits selon leurs besoins et 2,8 millions de USD de crédits ont été déboursés.

Habitat
17 IMF ont proposé cinq produits de financement de l’habitat : crédit pour l’amélioration de l’habitat comprenant deux options (amélioration progressive du logement ou amélioration intégrale), assainissement de l’eau, achat de maison, achat et légalisation de terrain et construction de maison.
Il s’agit de : ASDIR, PADECOMSM, HABITAT-ES, WRH, CREDISOL, PANA-PANA, CONFIANSA, FUNDECOCA, FUNDACION MUJER, BANCO DELTA, COOPERATIVA JUAN XXIII, BANCO ADEMI, ECLOF, VISION FUND REPUBLICA DOMINICANA, FUNDACION HORIZONTES DE AMISTAD et FAPE.

Au total, 5 538 clients des 17 IMF ont bénéficié de ces produits selon leurs besoins et 14,1 millions de USD de crédits ont été déboursés.

Le crédit d’amélioration pour l’habitat a été plébiscité !
Sur les cinq produits proposés aux 17 IMF, le crédit d’amélioration pour l’habitat a été choisi par 92% des clients. L’avantage de ce produit est qu’il propose deux options :

  • l’amélioration intégrale pour permettre aux clients ayant une capacité de paiement suffisante de rénover leur maison sur un seul crédit ;
  • l’amélioration progressive, solution moins risquée qui permet aux clients dotés d’une capacité de paiement plus limitée d’investir ponctuellement dans de petites améliorations, ce qui les protège d’un éventuel surendettement.

Téléchargez le bilan REDCAMIF 2012-2017 en PDF (en espagnol)


Etudes de cas

Sur les 32 IMF ayant participé au projet pilote d’implémentation des produits et services financiers inclusifs en matière de financement rural et d’habitat, les projets pilotes de 6 IMF ont été publiés (5 pour le financement rural et 1 pour l’habitat). Sorte de « best practices », ces études de cas doivent servir de modèle en cas de réplication du projet dans une autre IMF.
 
Finance rurale

Habitat

Lire les études de cas en anglais

Lire les études de cas en espagnol


Mise en place du projet REDCAMIF II de 2018 à 2021

Le projet REDCAMIF II, signé en décembre 2017 entre le Réseau de microfinance d'Amérique centrale et des Caraïbes (REDCAMIF) et ADA, s’inscrit dans le prolongement de l’alliance REDCAMIF – ADA créée en 2008 et renforcée depuis par la mise en place d’un projet pluriannuel entre 2012 et 2017.
Suite à un diagnostic d’évaluation, ce nouveau projet sera centré sur l'identification des besoins des clients des IMF, comme le renforcement de leurs capacités et l’amélioration de leur accès à des services financiers et non-financiers responsables. L’objectif consiste également à créer un impact dans le secteur de la microfinance en général, tout en associant d’autres parties prenantes pour renforcer les compétences du réseau régional et des réseaux nationaux et répondre efficacement aux demandes de leurs membres.

Le montant total du projet s'élève à 4,3 millions d'euros, cofinancé à 50% par les deux parties (ADA et REDCAMIF), sur la période 2018-2021. ADA et REDCAMIF espèrent dispenser 93 formations d’assistance technique aux IMF de la région au long de ces 4 années.

Ce nouveau projet s’articulera autour des thématiques suivantes : rôle social, technologie, développement de services financiers à forte valeur ajoutée, gestion des risques et gestion des connaissances à niveau régional et national.

Signature REDCAMIF

En haut : Gilles Franck (Vice-Président de ADA) ; Fernando Guzman (membre du CA de REDCAMIF) ; Iván Gutiérrez (Directeur exécutif de REDCAMIF).
En bas : Olivier Massart (Ex-Directeur exécutif de ADA) ; Carlos Rojas Hidalgo (Président de REDCAMIF)

 


Mercedes Canalda de Beras-Goico, nouvelle présidente de REDCAMIF depuis août 2018

Biographie
Mme Canalda est née à Saint-Domingue en République dominicaine. Elle est diplômée en économie et détient une Maîtrise en administration des affaires.

Mercedes Canalda

De 1985 à 1993, elle a travaillé à la Banque centrale de la République dominicaine dans différents domaines des affaires économiques et internationales.
Depuis 2003, elle est l’actuelle présidente exécutive de Banco de Ahorro y Crédito Adopem, S. A.
Actuellement, elle est Directrice exécutive de l'Association dominicaine pour le développement des femmes, Inc. (ADOPEM ONG), membre fondatrice et Présidente du Conseil d'Administration du Réseau dominicain de microfinance REDOMIF, Présidente du Réseau de Microfinance d'Amérique Centrale et des Caraïbes (REDCAMIF), ancienne Présidente du Conseil des Fondations Américaines de Développement (SOLIDARIOS) et ancienne Présidente et membre actuel du Conseil d'Administration de l'Association des Coopératives de Crédit et de Crédit de la République Dominicaine (ABANCORD), trésorière du Conseil d'Administration de Alianza ONG, membre du Conseil d'Administration de Fondomicro.
Mme Canalda a été consultante internationale auprès d'organisations de la Banque interaméricaine de développement (BID), Women´s World Banking (WWB) ; elle a également été professeure pendant plus de 15 ans dans différentes universités locales et a dispensé des cours dans des événements internationaux et des universités internationales.

Depuis ses fonctions, elle aide les femmes dominicaines à faible revenu à intégrer le système économique formel, par le biais de prêts avec lesquels elles lancent leur propre entreprise.


Dans le cadre de la journée internationale des femmes du 8 mars 2019, Mercedes Canalda de Beras-Goico a livré son témoignage sur sa vision des femmes dans le monde de la microfinance.


« Les femmes ont une place prépondérante dans la plupart des projets »

Vous avez succédé à Carlos Rojas Hidalgo à la présidence de REDCAMIF à l'été 2018. Pensez-vous avoir donné une vision différente à REDCAMIF en tant que femme ?
Lorsque j'ai pris la présidence de REDCAMIF, c'était un processus bien organisé et structuré où chaque structure locale a un siège au Conseil d'administration de REDCAMIF. L'opportunité d'avoir une femme, c’est de pouvoir générer de l'équité. Quand je me suis posé la question de comment changer la gestion de REDCAMIF, la première chose que j’ai faite est d’aller rencontrer les équipes du réseau, les talents humains et les collaborateurs. J'ai été surprise, parce que je trouve qu’il y aujourd’hui plus d'égalité entre les sexes. Les femmes ont une place prépondérante dans la plupart des projets, c'est positif. Elles ont la possibilité de tracer leur propre trajectoire de croissance et de succès, ce qui est très courant dans le secteur bancaire au niveau des postes de direction, où les femmes sont également représentées. Dans le cas de REDCAMIF, nous avons 3 représentantes de 7 pays qui nous accompagnent et qui ont des représentants, dont moi-même. Ce n'est pas 50/50, mais c'est très proche d'un équilibre qui donne une autre perspective à la gestion.

Quels sont les principaux objectifs et défis de REDCAMIF pour l'inclusion des femmes dans la région de l'Amérique centrale et des Caraïbes ?
De mon point de vue, le premier défi est l'autonomisation et le leadership dont elles ont besoin pour pouvoir générer une meilleure gestion et une plus grande portée sur le marché. Les femmes ont non seulement la capacité, mais aussi la sensibilité d'y parvenir.
Le deuxième défi au niveau du réseau est que nous portons attention à la connaissance des clients. Nous ne nous concentrons pas sur le produit, mais plutôt sur la compréhension des besoins des hommes et des femmes. C'est cela la notion de "client-centricity".

Vous êtes également directrice de Banco ADOPEM depuis 20 ans, l'une des plus grandes institutions de la République dominicaine. Quels sont les bénéfices que peut apporter la microfinance aux femmes du pays ?
La microfinance leur donne accès à des produits et services financiers et non financiers qui serviront d'outil et de levier pour leur développement et leur leadership. Nous, les femmes, assumons des tâches très importantes et nous ne pouvons pas nous permettre de nous disperser, parce que cela a un impact non seulement sur la vie des gens, mais aussi sur notre siècle, comme l'éducation, l'intégrité, la responsabilité... Les femmes comme moi, et surtout dans la culture de nos pays latins, assument ce rôle. Et cette responsabilité est très importante pour les générations futures. Nous devons trouver cet équilibre fondamental et délicat entre responsabilité et gestion du temps en tant qu'entrepreneures.

Il y a un justement mythe sur la difficulté d'équilibrer la vie privée et professionnelle des femmes, qu'en pensez-vous ?
Je cherche le côté positif du point de vue des épouses. De ce point de vue, les femmes se doivent de répartir leur temps entre l'important, l'urgent et le vraiment pertinent. Dans mon cas, j'occupe plusieurs postes : je suis dans REDOMIF, dans REDCAMIF, dans SOLIDARIOS, je suis présidente de la banque ADOPEM, je travaille aussi comme directrice de l'association dominicaine pour le développement des femmes... Le plus important est de savoir quel rôle on joue dans chaque moment institutionnel. Par exemple, je n'organise pas de réunion pour les anniversaires de mes enfants ou de mon mari. J'ai profité de mes enfants à différentes étapes de ma vie, ce sont des sacrifices que j'ai dû faire.
Il y a un autre sacrifice dont il faut tenir compte pour le développement professionnel. Nous avons fait une étude et nous nous sommes rendu compte que les entreprises des hommes connaissaient une croissance plus rapide que celles des femmes. Dans le cas de la République dominicaine, les femmes n'ont pas la capacité de réinvestir dans la même entreprise. Le même pourcentage des bénéfices générés n'est pas réinvesti par les hommes, parce que les femmes ont une plus grande propension marginale à épargner, à l'éducation, à l'alimentation, au logement. Ce n'est donc pas seulement une question de temps ou de multitâches, mais aussi de responsabilité. Quand les femmes peuvent investir 15% ou 17% de leurs bénéfices dans la croissance de leur entreprise, les hommes investissent 35% ou 40%. Cela peut attirer l'attention, mais il faut surtout voir comment faire des investissements qui sont plus rentables et comment avoir des entreprises plus efficaces.

Avez-vous un message à faire passer aux femmes entrepreneures ?
Je veux motiver les femmes entrepreneures pour qu’elles continuent à s'éduquer et à se former. Elles ne doivent en aucun cas se mettre de barrières pour concrétiser leurs rêves. La capacité de l'être humain à rêver est très importante, car tant que vous pouvez visualiser ce que vous êtes capable de réaliser, il est possible de réaliser vos rêves.

Mercedes et Ivan

Mercedes Canalda de Beras-Goico (Présidente de REDCAMIF) et Iván Gutiérrez Aguirre (Directeur exécutif de REDCAMIF) sur le stand ADA lors de la Semaine Européenne de la Microfinance à Luxembourg du 14 au 16 novembre 2018.

Actualité
Convocatoria digital

Août 2019

Appel à candidatures des IMF affiliées à REDCAMIF pour des projets de transformation digitale

Dans le cadre du programme "Improving the Social Value Added to Microfinance 2018-2021", lancé dans le cadre du partenariat ADA-REDCAMIF, REDCAMIF a lancé un appel à candidature des institutions de microfinance affiliées au réseau régional intéressées à développer leur stratégie de transformation digitale.

Les IMF doivent soumettre leurs candidatures au plus tard le 8 août 2019, en remplissant le formulaire de manifestation d'intérêt sur le site de REDCAMIF : http://www.redcamif.org/dfs/

Calendrier de mise en œuvre du projet :

  • réception des candidatures : 8 août 2019
  • décision du comité de sélection : 13 août 2019
  • aspects administratifs avec l'IMF : 16 août 2019
  • lancement du projet : 19 août 2019

Août 2018

ADA à la conférence de microfinance REDCAMIF au Salvador !

Du 22 au 24 août, ADA a tenu un stand d’information aux côtés de Microfact durant la IX Conférence de microfinance d’Amérique centrale et des Caraïbes. La conférence a eu lieu à l'hôtel Crowne Plaza (89 Ave. Norte y 11 Calle Poniente, Colonia Escalon Norte) à San Salvador.
ADA a notamment parlé du rôle qu'elle a joué dans le projet REDCAMIF d'expansion de la finance inclusive mis en place entre 2012 et 2017.

conf-redcamif

conf-redcamif conf-redcamif

conf-redcamif

La veille de la conférence, le 21 août, les coordinateurs Microfact ont rencontré les formateurs régionaux pour discuter des développements récents des outils et des formations Microfact.

Microfact Microfact Microfact conferencia

Pour plus d’informations sur la conférence : https://conferenciaredcamif.com/

conferencia


Juillet 2018

L’IMF "Banco ADOPEM" appuyée par ADA au palmarès des meilleures initiatives durables en Amérique latine !

Dans le cadre du projet ADA-REDCAMIF mis en place entre 2015 et 2017, ADA a appuyé l’IMF de République Dominicaine "Banco ADOPEM" pour le développement de produits et services financiers inclusifs ruraux et environnementaux.
A ce titre, ADOPEM a implémenté une gamme de produits dénommée « FRA – Finanzas Rurales y Ambiente (Finance rurale et environnement) », déclinée en 3 produits destinés aux petits producteurs et entreprises agricoles, ainsi qu’aux femmes entrepreneures vivant en zone rurale.

Avec cette initiative, ADOPEM figure à la 234e position parmi le TOP 500 des meilleures initiatives durables dans le cadre du Prix « Premios Latinoamérica Verde 2018 » appuyé par l’UNPD (Programmes des Nations Unies pour le développement, sur un total de 2 733 candidatures reçues.

Premios Latinoaméricos Verde

 

 


Le programme « FRA – Finanzas Rurales y Ambiente » d''ADOPEM a été sélectionné parmi les 10 premiers dans la catégorie « Finance Durable ».

Pour plus d’informations sur les produits « FRA – Finanzas Rurales y Ambiente » d’ADOPEM : https://bit.ly/2Nb2mcl

Certificado

Vers le haut

En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer l’audience de nos sites et vous proposer du contenu ciblé. OK En savoir plus