Objectifs du projet

Professionnaliser les réseaux pour renforcer les IMF et les rendre autonomes

Responsables du projet

Partenaires

  • Lao Microfinance Association (LMFA) au Laos
  • Cambodia Microfinance Association (CMA) au Cambodge
  • Association de Microfinance de Myanmar (MMFA)
  • aux Philippines avec le réseau MCPI (Microfinance Council of the Philippines, Inc.)

 

 MG 0400 IMG 0655 IMG 2937 IMG 2473 IMG 2653 2010 Vietnam Rotary 02

Renforcer les réseaux pour amplifier l’inclusion financière en Asie du Sud-Est


ADA travaille avec les associations professionnelles au Laos, au Cambodge, au Myanmar et aux Philippines, afin de consolider l’ensemble du secteur de la finance inclusive de la région. Grâce à des associations plus fortes et plus compétentes, les institutions de microfinance sont capables de développer des services et des produits mieux adaptés aux besoins des populations à faible revenu.


 

Bien que relativement récentes, les associations professionnelles et réseaux d’institutions de microfinance jouent un rôle essentiel pour accélérer l’inclusion financière. En contribuant à créer des conditions favorables au développement du secteur, elles constituent un puissant moyen d’expansion des services et produits de la finance inclusive. L’objectif de notre projet en Asie du Sud-Est est donc de participer au renforcement des associations professionnelles du Laos et du Cambodge afin qu’à leur tour, elles puissent soutenir leurs IMF membres efficacement. Le but est aussi de permettre à ces associations de devenir de véritables porte-parole capables de promouvoir le secteur face aux autorités et autres parties prenantes. 

 

Le renforcement apporté par ADA se décline en trois grands axes d’intervention

1. L’appui à la professionnalisation des associations

Nous renforçons les compétences des associations grâce à des formations et un accompagnement sur-mesure en fonction de leurs besoins. Il peut s’agir de réaliser des audits, de former aux bonnes pratiques en matière de gouvernance, de développer les capacités du personnel de l’association, de participer au développement stratégique ou encore d’appuyer les démarches de plaidoyer auprès des régulateurs.

Comme le souligne Khanmany Southammavong, membre du Conseil d’administration de l’association professionnelle du Laos, LMFA (Lao Microfinance Association), « le soutien continu de ADA nous a aidés à développer un rôle fort et central dans le secteur au Laos, notamment en  réduisant l’écart entre nous et les régulateurs ».

 

2. L’appui à l’offre de services aux IMF membres

Nous encourageons les associations à développer des services de renforcement des capacités des IMF sur des  thématiques telles que la gestion des risques, l’analyse des indicateurs de performance financière ou encore le  développement de nouveaux produits. En 2015, ADA a participé à la conception du cours de Certification en gestion de microfinance (MFMCC) qui est devenu obligatoire pour tous les directeurs d’IMF au Laos.

Khanmany Southammavong, qui est aussi Directrice exécutive de l’IMF Patukham au Laos, raconte : « Patukham est une petite IMF et nous n’étions pas en mesure d’embaucher des experts pour leur demander conseil en termes de gestion de notre IMF. Grâce à LMFA, nous avons pu suivre le cours MFMCC. Le cours est très complet et il nous a fourni des outils pour améliorer notre gestion. Depuis, Patukham a réussi à réduire ses créances douteuses et à améliorer sa capacité d’analyse financière ».

 

3. L’appui à la communication entre les acteurs et à la coordination de leurs actions

Nous participons à la mise en place de systèmes de monitoring communs d’indicateurs financiers et sociaux et nous sensibilisons à la promotion de la transparence et au partage d’information.

Ce dernier passe notamment par la création de centres de documentation et l’appui à la réalisation de publications et de supports de communication. Nous facilitons la concertation entre les trois associations professionnelles afin qu’elles échangent les leçons apprises tout au long du programme d’appui, capitalisent leurs expériences et développent des synergies sur des questions communes.

Khanmany Southammavong se souvient d’une réunion d’échange avec le Conseil d’administration de l’association du Cambodge comme « une opportunité unique d’apprendre des expériences de nos voisins ».


En Asie du Sud-Est, le développement du secteur de la microfinance varie en fonction de différents environnements financiers des pays concernés. D’après les données de la Banque mondiale, en 2014, le pourcentage de la population âgée de plus de 15 ans qui possède un compte auprès d’une institution financière s’établit à 36% au Laos et seulement 22%  au Cambodge. 

Au Laos, bien qu’il progresse de manière significative depuis ces dernières années, le secteur de la microfinance est encore embryonnaire et largement dominé par les structures informelles telles que les caisses villageoises. Les capacités des mécanismes de supervision sont très limitées et les bonnes pratiques encore peu acquises.

Comptant une trentaine d’IMF et environ 1,2 million d’emprunteurs, le Cambodge possède le secteur non seulement le plus développé mais également le plus efficacement supervisé et régulé. Parmi les acteurs en présence, une banque commerciale compte à elle-seule 20% des clients du secteur de la microfinance.

Dans chacun de ces trois pays, les IMF se sont regroupées au sein d’associations professionnelles ou de réseaux nationaux : la Lao Microfinance Association (LMFA) au Laos et la Cambodia Microfinance Association (CMA).


 

laos

Au Laos, ADA travaille sur la promotion de l'inclusion financière pour les populations à faible revenu grâce à la consolidation et la professionnalisation du secteur de la finance inclusive du pays

Lao Microfinance Association (LMFA) - L' Association de microfinance du Laos a été fondée en mai 2007 en tant que réseau national de l'industrie de la microfinance. L'association compte au total 92 membres en décembre 2016 dont 74 institutions de microfinance réglementées ainsi que des bailleurs de fonds, des agences bi / multilatérales, des ONG, des prestataires de services et des personnes ressources travaillant dans le domaine de la microfinance. 72% des IMF enregistrées au Laos sont membres du réseau.

En 2010, ADA a conclu un partenariat avec la LMFA. Les principaux objectifs du partenariat étaient de professionnaliser l'association et d'améliorer à la fois ses services aux membres et la communication et la transparence à l'échelle du secteur. Fin 2016, l'association a fait l'objet d'une évaluation de sa gouvernance et de ses activités. Les résultats de l'évaluation ont été positifs et ont proposé une série de recommandations pour l'amélioration des opérations de la LMFA. Dans ce contexte, ADA cherche à étendre son soutien au secteur de l'inclusion financière au Laos pour la période 2018-2020, en partenariat avec la LMFA sur le terrain.

 Les objectifs à atteindre sont les suivants :

  • Renforcer la position de la LMFA en tant que principal organe représentatif des praticiens de la microfinance au Laos ;
  • Mener des activités de plaidoyer pour assurer le bon développement de la microfinance au Laos ;
  • Accroître la portée de la LMFA pour inclure la majorité des acteurs du secteur de l'inclusion financière, en particulier les Village Banks ;
  • Développer l'offre de services de la LMFA, y compris la gestion de la performance sociale et la promotion des principes de protection des clients ; 
  • Créer et diffuser des informations sur le secteur.

En 2019, ADA et LuxDev ont initié une collaboration dans le cadre du projet LAO/030 afin qu’ADA et son partenaire de longue date, l’association LMFA, apportent une assistance technique pour la création de Village Banks dans les quatre provinces dans lesquelles LuxDev opère. La première phase du projet portera sur les six derniers mois de 2019 et sera ensuite prolongée sur une durée de deux ans et demi.



Actualité

Janvier 2020

ADA était présente à l'Assemblée générale annuelle de la Myanmar Microfinance Association.

En savoir plus

 

Novembre 2019

ADA a participé au premier Forum de la Microfinance au Myanmar

En savoir plus

 

Mai 2019

FDC lance son rapport "The Inclusion Imperative: A Call to Action"

Ce rapport de FDC, « The Inclusion Imperative: A Call to Action »,  explore les questions prioritaires et les tendances clés et propose des recommandations spécifiques pour aider les décideurs et les régulateurs à créer des économies et des sociétés plus inclusives dans la région Asie-Pacifique.

Le rapport se présente comme un " appel à l'action " pour que les parties prenantes combinent leurs connaissances, leurs ressources et leurs efforts afin d'obtenir des résultats équitables et durables grâce à un dialogue plus concret sur les réformes institutionnelles et juridiques nécessaires pour réaliser des progrès significatifs, contribuant ainsi au Programme 2030 des Nations Unies pour le développement durable. 

Les recommandations formulées dans ce rapport sont le résultat des discussions et des contributions des participants à deux grandes initiatives stratégiques mises en œuvre par FDC en 2018 ; à savoir le Forum Asie-Pacifique sur l'inclusion financière (Tokyo, 27-28 juin) et le Forum du Mekong sur la croissance inclusive (Bangkok, 2-3 octobre), lequel a été organisé grâce au soutien et à la contribution de ADA, en collaboration avec Asian Development Bank Institute (ADBI), Banking with the Poor (BWTP), Thailand Joint Standing Committee on Commerce (JSCCIB) et le programme SHIFT ASEAN de l’UNCDF, soutenu par le Gouvernement australien.

Lire le rapport


Vers le haut

En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer l’audience de nos sites et vous proposer du contenu ciblé. OK En savoir plus