Microvision, devenez un expert en plan d'affaires !

Microvision
Avec Microvision, devenez un expert en plan d'affaires en suivant une formation intensive de 5 jours !

 

Microvision, c'est :

> un outil facile à prendre en main et intuitif

>> Rapide dans le calcul des projections financières



Jarek Chuchla

Jarek Chuchla, organisateur de la formation

"Nous sommes fiers d’avoir organisé la première édition de la formation Microvision qui s’est tenue à Louvain,  en Belgique du 5 au 9 Novembre 2018. Les 15 participants venus des 4 continents (Afrique, Amérique du Nord et Centrale, Asie et Europe) ont fortement apprécié l’association de la partie pratique avec les démonstrations et les exercices sur l’outil Microvision et la partie théorique sur la construction d’un plan d’affaire menées par Chuck Waterfield et Bart De Bruyne. Les très bonnes notes des participants données à la formation confirment que nous sommes prêts à la répliquer dans le monde entier et à faire de Microvision un outil standard reconnu internationalement pour les projections financières des IMF."
Marina Abboud

Marina Abboud, organisatrice de la formation

"L’outil sera téléchargeable dans quelques semaines sur notre site Microfact. Nous sommes convaincus que cette formation permettra aux participants d’accompagner, dans le futur, de nombreuses IMF afin d’élaborer des projections financières réalistes mettant en lumière leurs choix stratégiques. C’est pourquoi nous sommes impatients d’organiser la deuxième édition de la formation Microvision du 18 au 22 Mars 2019…et d’autres dans le futur ! Nous invitons tous les potentiels participants à visiter notre site Microfact.org pour télécharger notre outil et pour s’informer sur les prochaines formations Microvision."

La formation Microvision : 5 jours "Boot Camp"

Le workshop est hautement interactif et pratique. Il applique les techniques d’apprentissage pour adultes. En travaillant sur les cas d’études inspirés de cas réels, les participants vont apprendre à connaitre l’outil en faisant différentes hypothèses et scénarios. L’objectif principal de la formation est de construire un plan pour les IMF.  

La formation Microvision a plusieurs caractéristiques dans le but de générer :

  • Interactivité : les participants vont travailler en groupe, à essayer de trouver un consensus sur leurs principales orientations stratégiques et hypothèses. Les résultats de chaque groupe vont être partagés et débattus à l’oral
  • La mise en pratique de l’apprentissage : les exercices pratiques et l’analyse des scénarios et des projections font partie intégrante du cours. Une étude de cas finale englobant toutes les notions de la formation sera étudiée à la fin de la formation
  • Participation : après un temps conséquent dédié à la partie pratique sur les ordinateurs, les participants sont invités à interpréter et à commenter les étapes par lesquelles ils sont passés, tout en mettant en perspective les contextes opérationnels et institutionnels des organisations
  • Echanges : les consultants et les experts seront encouragés à partager leurs expériences et leurs attentes pour améliorer les bonnes pratiques dans le processus d’élaboration du plan d’affaires avec l’utilisation de Microvision.

Témoignages de participants

Romain Tevels

Romain Tevels

Romain Tevels

Qu’est-ce qui vous a principalement motivé à suivre la formation Microvision ?

J'utilise la MFI Factsheet pratiquement depuis sa toute première version en 2011-2012 et je trouve cet outil utile et pragmatique. Lorsque j'ai entendu pour la première fois parler d’un nouvel outil de projections développé par BRS et ADA en 2017, cela m’a tout de suite intéressé et il me tardait d’apprendre à utiliser un outil supplémentaire de la boîte à outil Microfact. J’avais en outre très envie de rencontrer les membres de l'équipe de Microfact à Louvain, après tant d’années passées à lire leur bulletin d'informations et à interagir indirectement avec eux.

Quelle partie de la formation vous a le plus intéressé ?

Selon moi, les études de cas ont probablement constitué la partie la plus intéressante de la formation, car elles m’ont permis d'utiliser Microvision en « conditions réelles », exactement comme je le ferais sur le terrain auprès des institutions partenaires. Je trouve également qu’on a eu de la chance d'avoir Chuck Waterfield comme co-formateur pour avoir des réponses précises sur certains algorithmes de calcul « en arrière-plan » de l'outil.

Que pensez-vous de Microvision en tant qu’outil ? Comment comptez-vous l'utiliser dans vos missions professionnelles ?

Je trouve Microvision très utile. C'est un outil de projection relativement simple, qui ne se compare pas forcément à d'autres outils existants, tels que MicroFin, par exemple. Il poursuit un autre objectif, celui de fournir aux petites IMF une solution simple pour modéliser des projections simples quoique suffisamment fiables, en phase avec l’historique des performances. Pour moi, le véritable avantage de Microvision réside précisément dans sa compatibilité avec la MFI Factsheet. Il s'agit finalement d'un outil extrêmement utile qui, moyennant un nombre relativement peu élevé de clics et de saisies, permet d’établir un lien entre l’historique des performances et un ensemble de scénarios envisagés.

Recommanderiez-vous cette formation à vos collègues ?

Absolument. Je suis fermement convaincu que Microvision peut répondre aux besoins de nombreuses IMF dans le monde entier. En soi, j’estime qu’il est important d’avoir autant de personnes formées que possible : les formateurs BRS / ADA sont la meilleure équipe pour le faire !

 

Godbless Safugha

Godbless Safugha

Godbless Safugha

Qu’est-ce qui vous a principalement motivé à suivre la formation Microvision ?

En tant que consultant en microfinance au Nigéria, j'ai travaillé avec plusieurs IMF sur leurs plans d’affaires et en projections financières. Un des problèmes récurrents que j’ai pu observer dans le secteur, c’est le manque de connaissances en modélisation financière. Les IMF n’arrivent pas à élaborer un bon plan d’affaires assorti de projections financières réalistes. Alors, quand j'ai vu l'annonce d'ADA concernant Microvision, j'ai ressenti la nécessité de participer à cette formation afin de renforcer les capacités des IMF que je soutiens dans mon pays.

Quelle partie de la formation vous a le plus intéressé ?

Je dois avouer que chaque volet de la formation a eu de l’impact. Cela dit, ce sont les études de cas sur les IMF de Sabora qui m’ont paru les plus intéressantes. Nous avons dû nous entraîner à créer différents scénarios à partir de l’étude de cas Sabora.

Que pensez-vous de Microvision en tant qu’outil ? Comment comptez-vous l'utiliser dans vos missions professionnelles ?

J'ai eu l'occasion de travailler avec quelques outils de projections financières pour IMF, mais aucun n’arrive à la cheville de Microvision. À mon avis, Microvision est un puissant outil qui permet aux IMF de mieux comprendre l’historique de leurs performances tout en ayant une vision plus claire de l’avenir. La combinaison entre la MFI Factsheet de l'IMF et Microvision rend l'outil encore plus intéressant.
En tant que consultant professionnel, j'ai adopté Microvision comme outil de projections financières pour mes clients.

Recommanderiez-vous cette formation à vos collègues?

Je recommanderai certainement cette formation à mes confrères.


Le plan d’affaires : clé de voute du succès d’une IMF

Marina Abboud est chargée de projets senior pour l'ONG luxembourgeoise ADA. Jarek Chuchla est le coordinateur de Microfact, initiative conjointe de ADA et la Fondation Raffeisen Belge (BRS) qui vise à proposer des outils destinés à renforcer les capacités des IMF.


L’importance d’un plan d’affaires cohérent et solide
Savez-vous que 82 % de l’ensemble des faillites d’entreprises sont causées par des projections financières de mauvaise qualité et des problèmes de liquidité ? Et les jeunes entreprises sont généralement les plus touchées : 22 % ne survivent pas la première année, 50 % les trois premières années et plus de 70 % les cinq premières (Source : Rapport "Global Entrepreneurship Monitor").

De même, les institutions de microfinance (IMF) sont confrontées à de tels défis. Elles doivent assurer leur viabilité sur le long terme en alliant performance financière et sociale tout en tenant compte des enjeux environnementaux. Afin de répondre aux besoins du marché et à ceux de plus en plus diversifiés des populations cibles, elles ne cessent de s’adapter en investissant dans des nouvelles technologies et/ou en innovant dans des approches permettant de remettre au centre du système les bénéficiaires (comme par exemple l’approche « client-centricity » préconisée par le CGAP).

La construction d’un plan d’affaires est donc essentielle. Actuellement, chaque organisation souhaite disposer d'un plan d'affaires solide et de projections financières réalistes qui mettent en évidence ses choix stratégiques, valeurs, objectifs, la segmentation de la clientèle et la planification des ressources.

Cependant les IMF, particulièrement celles des Tier 2 et Tier 3, rencontrent des difficultés liées à la mise en place de ce plan d’affaires avec comme conséquences la non atteinte des objectifs financiers et sociaux, le manque d’identification d’opportunités économiques ou de partenariats, voire la faillite de l’institution.


Quels sont les facteurs clés de succès pour élaborer un plan d’affaires?
Pour pallier les défis auxquels les institutions font souvent face dans l’élaboration de ce document, elle doivent se focaliser sur certains points :

Une internalisation des compétences au sein de l’IMF
Concevoir un plan d’affaires fait appel à des compétences aussi variées que la planification stratégique, la capacité à structurer une idée de projet et se projeter, la gestion des ressources humaines ou financières, l’analyse financière, la compréhension de l’environnement concurrentiel, la connaissance de l’historique de l’IMF et l’analyse de ses forces et faiblesses.

L’institution doit s’entourer d’une équipe  compétente pour favoriser la réflexion constructive nécessaire à l’élaboration d’un plan d’affaires cohérent.

Un investissement en moyens humains et financiers suffisants
La conception d’un plan d’affaires est un processus itératif qui nécessite une réflexion globale et intégrée. L’institution doit à la fois définir une vision, une mission, des objectifs et des actions et être en mesure de réajuster ces éléments en fonction des changements internes et externes à la structure.

Le temps passé sur ce document stratégique n’est pas négligeable et les équipes qui y sont dédiées ne doivent pas faire l’impasse sur des questions de fonds essentielles à sa cohérence et sa faisabilité.

Un plan d’affaires devra aussi régulièrement être révisé  afin d’évaluer et suivre  la progression des activités (formation des agents de crédits, etc.), l’atteinte des objectifs (nombre de femmes entrepreneures ayant eu accès au crédit agricole par exemple) et les projections financières (croissance du portefeuille du crédit agricole de 10% sur l’année).

Enfin, l’institution ne doit pas minimiser le temps et les moyens financiers à déployer pour évaluer les activités en cours (étude de satisfaction des clients), comprendre l’environnement concurrentiel ou identifier des opportunités sur le marché (étude de marché).

Des outils adaptés aux IMF
Actuellement, le secteur offre peu d’outils aux institutions pour les aider à élaborer de manière pragmatique la modélisation financière d’un plan d’affaires.

Une étude menée par Microfact en 2017 relève que les supports d’aide à la construction de business plan ne sont généralement pas adaptés aux IMF : elles utilisent un fichier Excel, souvent source d’erreurs multiples, ou bien l’outil de modélisation financière "Microfin", plus complexe et demandant de telles informations qu’il nécessite souvent l’appui d’un consultant.

Avoir recours à un consultant peut permettre une prise de recul aux différents organes de l’institution (conseil d’administration, équipe dirigeante…) qu’ils n’ont pas toujours, à condition que l’IMF reste maître de ses grandes orientations stratégiques. Par ailleurs, trop souvent faute de moyen, ces mêmes consultants se prêtent à l’exercice sans suffisamment connaître la réalité des zones d’intervention de l’IMF, entraînant des incohérences de taille et des plans d’affaires inexploitables.

Microvision, un outil adapté en réponse aux réalités et besoins des IMF
Microfact a mis en place l’outil "Microvision" permettant la modélisation financière d’un plan d’affaires sur cinq (5) ans avec la possibilité d’enregistrer jusqu’à trois scénarios différents. Cet outil simple d’utilisation permet de générer la projection des états financiers et des principaux indicateurs clés de performances financières et sociales et de gérer les flux de trésorerie. Il sera téléchargeable gratuitement en mars 2019 et sera accompagné d’un manuel qui permettra son utilisation en toute autonomie.  

Dans le cadre de l'initiative Microfact, ADA et BRS organisent une formation sur l’outil "Microvision" et plus généralement en plan d’affaires et projections financières du 18 au 22 mars 2019 à Louvain, en Belgique et au Luxembourg. Cette formation sera dispensée en anglais par Chuck Waterfield.


 

Oricel Caminero, participante à la formation Microvision

"Le secteur de la microfinance a grand besoin d'un outil simple et pratique.
Microvision traduit les rêves et les espoirs des IMF en nombres et en chiffres qu'ils peuvent contrôler au fil du temps."

Plus de témoignages sur notre chaîne YouTube


Chuck Waterfield, Formateur Microvision

"La planification est une pratique essentielle, qui n'est pas la pratique de tout le monde. Et la même chose peut s'appliquer à une institution. Avec Microvision, vous pouvez tirer des leçons de votre processus de planification."

Plus de témoignages sur notre chaîne YouTube

Fedde Potjer, participant à la formation Microvision

"Microvision est un outil que je vais utiliser pour les projections à long terme des IMF et des petites banques."

Plus de témoignages sur notre chaîne YouTube


Manzi Ndamukunze, participant à la formation Microvision

"Microvision combine la planification financière et la performance financière."

Plus de témoignages sur notre chaîne YouTube


Contact

 
 
Vers le haut