Inscrivez-vous !
SAM
2019

Lundi 21 octobre (9.00 - 17.30)
Université Ouaga 1 Prof. Joseph Ki-Zerbo
à la Salle des Actes

Organisateurs et partenaires de RMA 2019

logos RMA

Research Meets Africa


La conférence Research Meets Africa a pour but de valoriser la recherche et l’innovation dans le domaine de la finance inclusive en Afrique, en mettant en relation les chercheurs d’universités africaines et internationales avec les praticiens du secteur. Elle se déroulera dans le cadre de la SAM à Ouagadougou, Burkina Faso, et aura lieu le lundi 21 octobre 2019 à l'Université Ouaga 1 Professeur Joseph Ki-Zerbo.

Photo RMA 2019 resized

Cet événement est ouvert aux participants de la SAM 2019 et aux étudiants, professeurs, chercheurs et professionnels de la microfinance et de l'inclusion financière, intéressés par la thématique de l'atteinte des objectifs de développent durable (ODD).

La conférence se tiendra en français et en anglais (traduction).

Inscriptions closes !

 DSC0125-Modifier

La Semaine Africaine de la Microfinance 2019 (SAM) a pour thématique l’impact et la contribution de la finance inclusive aux Objectifs de Développement Durable (ODD).

En tant qu’événement de recherche, Research Meets Africa peut contribuer à la réflexion sur différents aspects de la thématique, notamment sur trois axes principaux :

  • Quelles méthodes utiliser pour évaluer l’impact et la contribution aux ODD de la finance inclusive ?
  • Quels impacts et contributions aux ODD la finance inclusive a-t-elle démontré en Afrique ?
  • Comment maximiser l’impact de la finance inclusive en Afrique ?

Ainsi, sur chacun des axes principaux identifiés, les travaux de recherche présentés et discutés pourront s’intéresser en particulier aux sujets suivants :


Quelles méthodes utiliser pour évaluer l’impact et la contribution aux ODD de la finance inclusive ?

  • Quels outils existants disponibles pour les praticiens permettent d’évaluer l’impact et la contribution aux ODD ?
  • Méthodes quantitatives vs. méthodes qualitatives
  • Méthodes innovantes pour mesurer l’impact et la contribution aux ODD
  • Equilibre entre rigueur et opérationalité

Quels impacts et contributions aux ODD la finance inclusive a-t-elle démontré en Afrique ?

  • Quels impacts (positifs et négatifs) de la finance inclusive sur la communauté (au-delà des clients) ?
  • Quels impacts (positifs et négatifs) de la finance digitale ?
  • Quels impacts de la microfinance verte sur la résilience au changement climatique et l’environnement ?
  • Quels impacts de la micro-assurance ?
  • Quels impacts des modes alternatifs de financement des PME (crowdfunding, equity, quasi-equity, etc.) ?

Comment maximiser l’impact de la finance inclusive en Afrique ?

  • Dans quelles circonstances/ dans quel contexte la finance inclusive a-t-elle le plus d’impact positif ?
    • La réglementation a-t-elle un rôle à jouer pour maximiser l’impact ?
    • La présence d’associations professionnelles ou réseaux favorise-t-elle un impact positif ?
    • Une stratégie d’éducation financière permet-elle de maximiser l’impact ?
    • Y a-t-il des produits/services/modalités particuliers qui ont un impact positif supérieur à d’autres ?
  • Les services non-financiers complémentaires aux servives financiers permettent-ils de maximiser l’impact ?

Rencontre avec...

Lucia SpaggiariLucia Spaggiari, Business Development Manager chez MicroFinanza Rating, était panéliste lors de la dernière édition de Research Meets Africa dans le cadre de la SAM en Ethiopie en octobre 2017. Elle partage avec nous son sentiment sur le programme.

Que pensez-vous du concept/format de Research Meets Africa?
Research Meets Africa est une opportunité unique pour les chercheurs et les praticiens de la finance inclusive de se réunir. Les deux parties poursuivent des objectifs communs, mais leur langage, priorités et besoins ne  pas toujours en adéquation. Des efforts sont nécessaires pour aller en ce sens, et Research Meets Africa est un moyen efficace d’encourager cette démarche.

Pourquoi avez-vous choisi de participer à cet évènement?
J’ai choisi de participer à cet événement parce que je partage la vision selon laquelle la recherche et la pratique peuvent énormément apprendre les unes des autres.. Le secteur de l'inclusion financière peut grandement bénéficier d'une recherche de qualité pour renforcer la boucle de rétroaction entre les attentes et les résultats.. De même, la valeur et l’impact de la recherche sur la prospérité, les populations et la planète peuvent être encore améliorées grâce à une meilleure adéquation avec les préoccupations et les opportunités des praticiens.

Qu'avez-vous appris en participant à cet événement?
J’ai beaucoup appris de Research Meets Africa. Les contributions de chacun ont permis des mises à jour et des débats intéressants sur les recherches et sur les priorités des fournisseurs de services financiers, des investisseurs, des régulateurs, des praticiens et d’autres intervenants. Le débat sur le plafonnement des taux d'intérêt du point de vue de la réglementation et des praticiens a été très enrichissant.

Avez-vous noué des contacts intéressants pendant ou après à l’événement?
J'ai en effet pu nouer des contacts intéressants (Mme Alexis Beggs Olsen, auteur de Uniting Tech and Touch, ACCION, 2017) qui m’ont permis d'avoir de fructueux échanges  après l’événement.


Rebecca RouseRebecca Rouse, Directrice de l'inclusion financière chez Innovations for Poverty Action (IPA), partage avec nous les bénéfices qu'elle a tirés de la dernière SAM en Ehiopie en 2017 et pourquoi elle a décidé de renouveler le partenariat IPA pour la prochaine SAM à Ouagadougou.

Que pensez-vous du concept/format de Research Meets Africa ?
J'apprécie l'importance que cet événement accorde à la combinaison des présentations de recherche et des discussions avec les praticiens. Afin de transposer efficacement les données de la recherche en pratique, il est essentiel de créer ce genre d’occasions permettant au milieu universitaire et aux fournisseurs de services financiers de discuter directement entre eux des leçons à appliquer aux défis réels auxquels sont confrontés chaque jour les praticiens et les décideurs sur le terrain.

Quels bénéfices avez-vous tiré de cet événement ? Avez-vous établi des contacts intéressants pendant ou après l'événement ?
RMA offre une excellente opportunité de réseauter avec des chercheurs et des universitaires de la région, ainsi qu'avec des leaders du secteur qui ont démontré un intérêt à appliquer une approche scientifique dans leur travail dans le domaine des services financiers. J'ai apprécié la possibilité de découvrir de nouveaux travaux de chercheurs locaux de diverses institutions, dont la Banque centrale du Burundi, l'Institut national d'études législatives du Nigeria et l'Université protestante du Congo, en RDC.

Pourquoi avez-vous choisi de renouveler le partenariat avec ADA pour cet événement ?
Innovations for Poverty Action a une double mission : premièrement, produire des données scientifiques de haute qualité sur l'efficacité des programmes et des politiques qui aident les pauvres et, deuxièmement, s'assurer que les décideurs utilisent et appliquent ces données en les rendant utiles et accessibles. Nous avons choisi de poursuivre notre partenariat avec ADA pour RMA 2019 parce que nous pensons que cet événement nous aidera à remplir notre mission en offrant une plateforme non seulement pour que IPA puisse partager son travail avec d'autres chercheurs, praticiens locaux et décideurs politiques, mais aussi pour engager des discussions réfléchies avec ces parties prenantes sur la mise en pratique de ces résultats scientifiques.



Partenaire de la conférence

Innovations for Poverty Action

Innovations for Poverty Action (IPA) est un organisme sans but lucratif spécialisé dans la recherche et l'élaboration de politiques qui cherche et préconise des solutions efficaces contre la pauvreté dans le monde. En partenariat avec les décideurs politiques et les chercheurs, IPA conçoit, évalue rigoureusement et affine ces solutions et leurs applications, en veillant à ce que les données ainsi recueillies servent à améliorer la vie des pauvres dans le monde. Depuis sa création en 2002, IPA a travaillé avec plus de 600 universitaires de premier plan pour mener plus de 830 évaluations dans 51 pays. Ces recherches ont éclairé des centaines de programmes performants qui ont aujourd’hui un impact sur des millions de personnes dans le monde entier.


Retour

 

Vers le haut

En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour mesurer l’audience de nos sites et vous proposer du contenu ciblé. OK En savoir plus