Des IMF africaines expliquent comment la digitalisation les a rendues plus efficaces

25 avril 2022 Projets
Homme et femme utilisant du mobile banking

ADA cherche à déployer un maximum de solutions digitales dans ses projets. Or certains de ses partenaires ont besoin d’un soutien préalable pour renforcer leurs systèmes d’information et de gestion (SIG) avant de développer ces solutions digitales. 

Le projet DFI* (Digital Finance Initiative), récemment clôturé, visait justement à répondre à ce défi en appuyant les IMF africaines à se digitaliser. Cela leur permet d’accroître leur efficacité opérationnelle, de s'ouvrir à de nouveaux canaux de distribution, d’étendre leur couverture géographique et de développer de nouveaux produits et services. En bref, d'améliorer leurs performances financières et sociales. Au terme des cinq années qu'a duré le projet DFI, 18 IMF africaines ont défini leurs besoins en matière de digitalisation et ont identifié et mis en œuvre des solutions appropriées.
 

Croissance des revenus au Togo malgré la pandémie

Au Togo, un programme intégré d'assistance technique co-financé par ADA a permis à l’IMF COOPEC-SIFA d’opérer une transformation non seulement digitale mais aussi institutionnelle.  

Avant le projet, la COOPEC-SIFA utilisait un système décentralisé qui s’appuyait sur des supports papier et nécessitait une consolidation manuelle des données.

La première étape a consisté à interconnecter toutes les bases de données, la deuxième à consolider les données en temps réel, ce qui a facilité le suivi des activités commerciales des agents et le reporting à la banque centrale. La troisième étape s’est traduite par la mise en place d’une solution de recouvrement mobile pour les agents.

Le fait que tous les clients disposent désormais de leur propre compte au sein d'un groupe, et que les agents soient plus mobiles et efficaces, donnent à la COOPEC-SIFA la possibilité d’élargir sa clientèle. À la suite de la digitalisation, l'épargne a bondi de 47 % en 18 mois, ce qui a permis de réduire considérablement les besoins de refinancement. Des résultats impressionnants qui ont été atteints malgré la pandémie !

Les prochaines étapes consisteront à connecter les terminaux mobiles au SIG, à digitaliser le processus de crédit et à permettre le remboursement des crédits via un téléphone mobile (wallet).

Philippe Fori, directeur général de la COOPEC-SIFA, déclare : « La digitalisation nous a rendus plus efficaces, nous a fait gagner du temps et a amélioré nos conditions de travail. Nos clients trouvent les transactions dématérialisées plus sûres, ils ne veulent plus utiliser de papier. Dans le passé, les transactions sur papier pouvaient prendre trois heures par groupement, aujourd'hui elles ne prennent plus que 45 minutes ».


L'accès à internet par satellite accélère la digitalisation au Burkina Faso

C’est dans la même optique que ADA a aidé GRAINE, une SARL burkinabé, à digitaliser ses services :  

GRAINE a pris contact avec ADA pour changer son SIG après qu'une formation de ADA lui a fait prendre conscience de la faiblesse de ses anciens systèmes.

Le nouveau SIG permet au personnel de gérer et de superviser les opérations en temps réel, de répondre aux demandes de gouvernance interne et de supervision et d'améliorer les produits financiers. Aujourd'hui, les opérations s’effectuent via le smartphone, grâce à un lien direct entre les téléphones des agents et le nouveau système informatique. Le principal défi étant le manque d'accès à Internet dans les zones rurales du Burkina Faso, ADA a contribué à l'installation de récepteurs satellites dans les succursales de GRAINE. 

La prochaine étape va consister à équiper tous les agents de crédit d'une tablette pour qu’ils puissent accorder des prêts et collecter les remboursements. A l’avenir, GRAINE aimerait également introduire une solution « bank-to-wallet ».

Eléonore Céline Compaoré, directrice générale de Graine SARL, souligne que « le projet a duré neuf mois, de la sélection des prestataires au déploiement. Nous suivons désormais les activités et les résultats en temps réel, ce qui nous permet d'agir très rapidement, alors qu'il nous fallait auparavant plus de 30 jours pour faire la comptabilité mensuelle. La nouvelle solution contente tout le monde. Pendant la pandémie, nous avons fait du télétravail et nous avons organisé des téléconférences pour communiquer avec les succursales ».

* La « Digital Finance Initiative » (DFI) a été établie sur 5 ans (de 2017 à 2021) afin d'aider les IMF à définir et mettre en place leur stratégie digitale pour améliorer leurs performances financières et sociales et par conséquent accélérer le développement de l'inclusion financière.